La vente du câblo-opérateur VOO au fonds d'investissement américain Providence reste en travers de la gorge d'Orange. L'opérateur télécom, qui était candidat au rachat de VOO, a décidé de saisir la justice. C'est un nouveau rebondissement dans la saga Nethys. Il y a un an, le groupe public liégeo...

La vente du câblo-opérateur VOO au fonds d'investissement américain Providence reste en travers de la gorge d'Orange. L'opérateur télécom, qui était candidat au rachat de VOO, a décidé de saisir la justice. C'est un nouveau rebondissement dans la saga Nethys. Il y a un an, le groupe public liégeois s'engageait dans un processus de cession de 51 % de sa filiale VOO à Providence. Une opération menée en toute discrétion par le management de l'époque et son CEO Stéphane Moreau. Même l'actionnaire de Nethys, l'intercommunale Enodia (ex-Publifin), n'était pas au courant du deal ! Révélée quelques mois plus tard par nos confrères du Soir, la vente de VOO est réanalysée et finalement cassée par le gouvernement wallon en raison de multiples irrégularités entourant, notamment, l'intéressement négocié en faveur des ex-dirigeants de Nethys. Les négociations reprennent avec Providence : la vente est finalement confirmée mais la facture s'alourdit pour le fonds américain. Selon Orange, les irrégularités constatées par le gouvernement wallon ne sont pas levées, ce qui justifie une action en justice. Orange espère faire annuler la vente afin de se porter à nouveau candidat au rachat de VOO. Pour l'opérateur mobile, qui ne dispose pas de réseau fixe, cette opération stratégique lui permettrait de mettre la main sur une infrastructure câblée déployée en Wallonie et à Bruxelles. Cela renforcerait considérablement Orange sur un marché des télécoms dominé par Proximus et Telenet.