A l'actuelle expo Pink Floyd du V&A londonien, trône un portrait de Magritte : indice qu'il est bien une influence prégnante sur l'univers visuel de la célébrissime bande de Cambridge. Le groupe rock n'est pas le seul à s'être inspiré du célèbre Lessinois (1898-1967). Les Stones ont lorgné sur l'une de ses fresques classiques, Le viol, pour réaliser une affiche en...

A l'actuelle expo Pink Floyd du V&A londonien, trône un portrait de Magritte : indice qu'il est bien une influence prégnante sur l'univers visuel de la célébrissime bande de Cambridge. Le groupe rock n'est pas le seul à s'être inspiré du célèbre Lessinois (1898-1967). Les Stones ont lorgné sur l'une de ses fresques classiques, Le viol, pour réaliser une affiche entrée à son tour dans l'histoire de l'art. Cette popularité planétaire transgressant les genres et les générations, incarne aujourd'hui autant une oeuvre d'envergure qu'un emblème naturellement repris sous le sigle belge. A partir du 30 juin et jusqu'au 3 septembre, la municipalité de Knokke-Heist installe sur la plage un énorme chapeau melon, expérience proposant une tournée virtuelle de l'artiste qui, comme on le sait, avait tendance à sortir couvert. Notamment pour aller au tout proche casino où est logée sa monumentale fresque du Domaine enchanté exceptionnellement accessible au public des non-joueurs. Bruxelles n'est pas en reste avec deux expositions, à l'Atomium et aux Musées Royaux des Beaux-Arts. La première, dès le 21 septembre, offre sur trois niveaux, une transposition en décors réels de quelques-unes de ses toiles les plus magnétiques, comme Le fils de l'homme, soit un gentleman à chapeau (melon) flanqué d'une pomme en guise de nez. Jeu, surréalisme, multiplicité des apparences, le puzzle s'analyse plus précisément dès le 13 octobre au Musée Magritte, qui dissèque les relations du peintre à l'art contemporain, notamment celles le liant à Marcel Broodthaers. Et pour ceux que l'art ne suffit pas à désaltérer, 4.000 litres d'une toute nouvelle bière Magritte seront consommables dans l'enceinte des Musées Royaux, dès septembre. Informations sur www.knokke-heist.be, www.atomium.be/magritte, www.fine-arts-museum.be Par Philippe Cornet