La débâcle d'Air Berlin

- Les obligations sont normalement des instruments d'investissement assez sûrs. Mais certaines peuvent être plus risquées que le pense l'investisseur moyen. C'est ce que doivent constater aujourd'hui les malheureux détenteurs d'obligations Air Berlin. Trois mois après la faillite d'Alitalia, Air Berlin a en effet fait pa...

- Les obligations sont normalement des instruments d'investissement assez sûrs. Mais certaines peuvent être plus risquées que le pense l'investisseur moyen. C'est ce que doivent constater aujourd'hui les malheureux détenteurs d'obligations Air Berlin. Trois mois après la faillite d'Alitalia, Air Berlin a en effet fait parler d'elle de la même manière désastreuse. Les activités d'Air Berlin se sont rapidement détériorées. La compagnie n'a eu d'autre choix que de demander la faillite. Toutefois, la deuxième compagnie aérienne allemande après Lufthansa continuera provisoirement à assurer ses vols. Le gouvernement allemand lui a en effet accordé un crédit-pont. - Pour ceux qui détiennent des obligations Air Berlin, les perspectives n'ont rien d'engageant. Le cours des actions du groupe est retombé à 39 centimes. L'obligation 6,75 %-2019 et l'obligation 8,25 %-2018 proposent un rendement de près de 50 %. Ces obligations se négocient sur le marché secondaire. Pour les vrais téméraires ! - Avec son obligation en USD, Amazon veut financer le rachat de la chaîne de supermarchés Whole Foods en sept lignes. L'obligation à court terme (trois ans) propose un rendement de 1,87 %. Pour les obligations assorties des échéances les plus longues (jusqu'à 2057), le rendement atteint même 4,1 %. Ces obligations sont disponibles en coupures de 2.000 dollars et le coupon est versé deux fois par an. Moody's a relevé les perspectives de la note Baa1 de stables à positives pour les obligations senior non garanties. Amazon est également un émetteur " Investment Grade " chez Standard & Poor's, avec une note AA-.