La première banque allemande a terminé son exercice 2016 sur une perte de 1,4 milliard d'euros. C'est moins que celle accusée en 2015 : 7,3 milliards ! Un tel revers était at...

La première banque allemande a terminé son exercice 2016 sur une perte de 1,4 milliard d'euros. C'est moins que celle accusée en 2015 : 7,3 milliards ! Un tel revers était attendu, étant donné sa situation difficile. Neuf ans après la crise, elle semble payer maintenant ses excès dans la finance anglo-saxonne. En décembre, les autorités américaines lui ont infligé une amende de 7,2 milliards de dollars pour son rôle dans la crise des subprimes. Cela sans compter les taux bas, la régulation plus sévère, ainsi que le vaste plan de transformation imaginé par le nouveau CEO John Cryan, et qu'il faut financer. Même si elle prétend avoir amélioré sa solvabilité, Deutsche Bank n'a pas fini de régler ses dérives du passé. Dernière amende en date : 630 millions infligés en 2015 pour une affaire de blanchiment de fonds russes douteux. Par Jean-Christophe de Wasseige