Ethias peut donc concentrer ses efforts sur la mise en oeuvre de son plan industriel 2017-2020. Car comme ses concurrents, le groupe doit faire face à un monde en profonde mutation.
...

Ethias peut donc concentrer ses efforts sur la mise en oeuvre de son plan industriel 2017-2020. Car comme ses concurrents, le groupe doit faire face à un monde en profonde mutation. Ce plan stratégique passe par une refonte importante de son " usine à produits " et plus précisément de son appareil informatique. Auparavant, Ethias avait pratiquement un logiciel dédié par produit. Mais fin 2015, Ethias décidait de changer de fournisseurs de logiciels : il abandonnait sa filiale NRB (qui conserve cependant d'autres contrats avec Ethias) pour passer un accord avec la société californienne Guide Wire. Cette nouvelle suite logicielle intégrée est en train de se mettre en place (le travail sera terminé en 2019) et va permettre aux employés d'Ethias de créer des produits à partir d'un seul outil, d'avoir une idée globale de la situation de chaque client et d'offrir des solutions adaptées à la " finance mobile ", c'est-à-dire des applications pour mobiles ou tablettes. Une nouvelle assurance auto est ainsi en gestation. " Nous changeons l'usine à produits ", résume Benoît Rigo, le porte-parole d'Ethias. Car la révolution sera aussi dans l'organisation : le front office (les départements qui vendent des produits) sera davantage intégré au back office (ceux qui gèrent le suivi administratif). Tout cela permettra une véritable distribution " multicanal ". Aujourd'hui, les produits Ethias sont distribués par trois canaux : le site internet, deux call centers et une quarantaine de bureaux de conseillers. Demain viendront s'ajouter des applications pour mobiles, les médias sociaux et des interactions entre ces divers canaux. Une procédure commencée sur un canal pourra se poursuivre sur un autre. Et puis, le groupe compte bien croître et prendre des parts de marché là où il n'est pas encore très présent : en Flandre et dans le secteur des entreprises. Enfin, il a dans ses cartons le projet de développer un fonds de pension et de faire ainsi concurrence à Ogeo, un autre assureur liégeois, qui gravite dans l'orbe du groupe Nethys.