L'aventure niçoise de Nethys touche à sa fin. Propriété de l'intercommunale Publifin devenue Enodia, le groupe Nethys avait atterri dans le sud de la France au printemps 2016 pour reprendre 20% des parts de la société Nice-Matin (propriétaire des journaux Nice-Matin, Var-Matin et Monaco-Matin). A l'époque, le p...

L'aventure niçoise de Nethys touche à sa fin. Propriété de l'intercommunale Publifin devenue Enodia, le groupe Nethys avait atterri dans le sud de la France au printemps 2016 pour reprendre 20% des parts de la société Nice-Matin (propriétaire des journaux Nice-Matin, Var-Matin et Monaco-Matin). A l'époque, le pacte d'actionnaires prévoyait que ce nouvel acteur belge augmenterait sa participation au fil du temps pour détenir 34% du capital à la fin de l'année 2017 - ce qu'il a fait - et 51% au 1er janvier 2019, - ce qu'il n'a pas fait. Bousculé par l'affaire Publifin, le conseil d'administration d'Enodia a en effet décidé de ne plus détenir de participations majoritaires dans des secteurs d'intérêt privé et donc de désengager Nethys de ses activités de presse dans le sud de la France (le groupe possède aussi 11% du groupe La Provence). Selon Le Figaro, l'homme d'affaires franco-libanais Iskandar Safa - propriétaire de Priminvest Médias qui édite notamment le magazine Valeurs Actuelles - serait intéressé par une reprise de ces activités. Il aurait fait une offre de 40 millions pour racheter le groupe Nice-Matin à ses actionnaires, autrement dit à la société coopérative des 456 salariés qui détiennent 66% des parts et à Nethys qui possède les 34% restants. Dans ce scénario, l'opération rapporterait quelque 13 millions d'euros au groupe belge qui, selon certaines sources, serait toutefois en discussion avec un autre repreneur. Du côté de Nethys, comme à l'accoutumée, c'est toujours le silence radio qui prévaut en termes de communication.