A 14 ans ans, Turtle n'est pas une adolescente comme les autres. Aux yeux de celles et ceux qu'elle croise, la jeune fille a tout de la sauvageonne, préférant l'exploration des forêts de séquoïas de Californie du Nord le fusil et le couteau à la main aux contrôles de vocabulaire du collège.

Taiseuse et aventureuse, elle entretient une relation ambiguë avec son père Martin, qui l'élève seul. " My absolute darling, mon amour absolu ", l'appelle-t-il sans cesse dans leur refuge entre océan Pacifique et forêt sauvage. Comment s'émanciper d'un père charismatique, grand lecteur de philosophie sceptique et abusif quand il représente votre seule attache à l'univers qui vous protège ? Sera-ce Jacob, ce jeune garçon dont elle semble s'éprendre.

Succès aux Etats-Unis, ce premier roman de Gabriel Tallent est l'exemple d'une certaine américanité en littérature, celle que l'on préfère : une exploration des fractures sociales, une analyse sociétale intelligente, un rapport à la nature pur, cruel et conquérant et une narration inventive. L'écriture entière de ce jeune trentenaire nous surprend par son art de l'ellipse et sa psychologie entièrement ancrée dans la tête de cette enfant perdue. My Absolute Darling mérite pleinement sa qualité de best-seller. Un coup de coeur assurément.

Gabriel Tallent, " My Absolute Darling ", éditions Gallmeister (coll. Americana), 464 pages, 24,40 euros.