Afrique du Sud

Croissance du PIB: 1,5%
...

Croissance du PIB: 1,5% PIB par habitant: 5.110 $ (12.390 $ en PPA) Inflation: 4,1% Solde budgétaire (% du PIB): - 9 Population: 60 millions Le président, Cyril Ramaphosa, aura fort à faire: gérer la reprise économique, empêcher une crise de la dette en sabrant dans les dépenses, éviter que la réforme agraire ne donne lieu à un accaparement des terres et maintenir le pays à flot. Il se heurtera à la résistance de certains membres du Congrès national africain au pouvoir. Les conclusions d'un grand rapport anticorruption sont attendues en mars. Croissance du PIB: 1,3% PIB par habitant: 3.710 $ (10.870 $ en PPA) Inflation: 2,2% Solde budgétaire (% du PIB): - 12,5 Population: 44,5 millions La contestation populaire refera surface à mesure que s'éloignera l'urgence sanitaire, illustrant la frustration de l'opinion à l'égard du régime, jugé incapable de répondre aux doléances qui avaient poussé Abdelaziz Bouteflika à la démission en 2019. La Constitution révisée, approuvée par référendum en novembre 2020, n'affaiblit que marginalement l'alliance politico-militaro-industrielle au pouvoir. L'économie végétera après une grave récession en 2020. Croissance du PIB: - 0,1% PIB par habitant: 2.000 $ (6.410 $ en PPA) Inflation: 19,1% Solde budgétaire (% du PIB): - 3,1 Population: 33,9 millions Le président João Lourenço s'appliquera à démanteler les réseaux de pouvoir constitués par son prédécesseur, José Eduardo dos Santos, mais procédera à pas comptés pour éviter un retour de flamme des groupes d'intérêts. Le FMI aidera le pays à surmonter une crise budgétaire. La chute des cours du pétrole accentuera le choc économique du Covid-19, entraînant une deuxième année consécutive de récession. Croissance du PIB: 2% PIB par habitant: 20.520 $ (46.150 $ en PPA) Inflation: 1,6% Solde budgétaire (% du PIB): - 7,8 Population: 35,9 millions Souffrant, le roi Salmane ben Abdelaziz Al-Saoud se reposera sur son fils, le prince héritier Mohammed ben Salmane Al-Saoud, pour gérer le contrecoup du Covid-19 et la chute des cours du pétrole. Ce dernier prépare son accession au trône en muselant ses rivaux au sein de la famille royale. A mesure que la pandémie s'éloignera, il accélérera sa politique de libéralisation sociale assortie d'un encadrement politique strict. Croissance du PIB: 2,5% PIB par habitant: 1.500 $ (3.670 $ en PPA) Inflation: 2,7% Solde budgétaire (en% du PIB): - 5 Population: 27,2 millions Dans l'Ouest anglophone, un mouvement séparatiste armé en plein essor menacera la stabilité du pays, attisant la grogne à l'égard de Paul Biya, le président aux sept mandats, en raison de sa réaction et des attaques perpétrées dans le Nord par le groupe terroriste islamiste Boko Haram. L'économie se remettra du décrochage causé par la pandémie grâce au gaz naturel qui transitera par le nouveau terminal offshore du port de Kribi. Croissance du PIB: - 2,3% PIB par habitant: 3.710 $ (12.380 $ en PPA) Inflation: 5,1% Solde budgétaire (% du PIB): - 10,6 Population: 102,8 millions Le président, Abdelfattah Al-Sissi, axera ses efforts sur le redressement de l'économie après la pandémie. Il a tout le temps devant lui: une réforme de la Constitution lui permet de gouverner jusqu'en 2030 - s'il est réélu en 2024, ce qui devrait être le cas grâce à sa majorité législative et à une opposition atone. Un budget resserré du fait de la pandémie alimentera le mécontentement, mais le régime peut compter sur la protection efficace de l'armée. Croissance du PIB: 3,1% PIB par habitant: 900 $ (2.250 $ en PPA) Inflation: 19,3% Solde budgétaire (% du PIB): - 6 Population: 117,9 millions Le risque de guerre civile s'accentue, le Premier ministre, Abiy Ahmed, ayant envoyé l'armée dans la région du Tigré pour réprimer l'opposition. Les élections législatives, reportées, devraient avoir lieu début 2021 et conforteront sans doute la majorité détenue par le Parti de la prospérité, au pouvoir. La libéralisation économique sera reléguée au second plan, le gouvernement cherchant d'abord à renouer avec la croissance, mise à mal par le Covid-19 et l'invasion de criquets. Croissance du PIB: 2% PIB par habitant: 6.150 $ (11.510 $ en PPA) Inflation: 21,3% Solde budgétaire (% du PIB): - 6.7 Population: 85 millions La pandémie a porté un coup supplémentaire à une économie déjà malmenée par les sanctions occidentales, l'opposition des Etats-Unis et la chute des prix du pétrole -autant de signes annonciateurs d'une victoire d'un tenant de la ligne dure à la présidentielle de juin. Les atermoiements de l'Etat vis-à-vis de l'épidémie attiseront la grogne et la crise humanitaire. La reprise forte de la Chine donnera cependant un coup de fouet à l'économie. Croissance du PIB: 0,7% PIB par habitant: 4.450 $ (10.070 $ en PPA) Inflation: 1,9% Solde budgétaire (% du PIB): - 13,2 Population: 41,2 millions Le marché du pétrole mettra du temps à se relever de la baisse de la demande mondiale causée par la pandémie. Tributaire de l'or noir, l'économie stagnera après une grave récession. Le Premier ministre par intérim, Moustafa Al-Kazimi, s'efforcera de la redresser et de résoudre les problèmes de gouvernance du pays, à condition qu'il devienne titulaire du poste à l'issue des élections prévues en juin. Croissance du PIB: 2,5% PIB par habitant: 42.390 $ (40.320 $ en PPA) Inflation: 0,2% Solde budgétaire (% du PIB): - 8,6 Population: 9,4 millions Le gouvernement d'union qui avait été formé pour affronter la pandémie prévoyait le transfert du pouvoir des mains du Premier ministre, Benyamin Nétanyahou (Likoud, droite), à celles de Benny Gantz, du parti Bleu et blanc (centre droit), en octobre, pour 18 mois. Boiteuse, cette coalition pourrait toutefois ne pas voir la fin de son mandat. Les mesures de relance budgétaire seront retirées dans le courant de l'année, et le taux de chômage repartira à la hausse, fragilisant la reprise. Croissance du PIB: 2% PIB par habitant: 1.790 $ (4.460 $ en PPA) Inflation: 6% Solde budgétaire (% du PIB): - 9 Population: 55 millions L'efficacité des mesures prises par le président, Uhuru Kenyatta, pour lutter contre le Covid-19, confortera sa position. Les tensions observées entre les deux principaux partis (et en leur sein) s'intensifieront pendant la dernière année de mandat du gouvernement, et une scission pourrait apparaître au sein du Jubilee Party de Kenyatta, à l'heure où les partisans du vice-président, William Ruto, cherchent à exister politiquement. Un fonds international d'urgence aidera l'économie à se rétablir. Croissance du PIB: 1,1% PIB par habitant: 9.440 $ (12.620 $ en PPA) Inflation: 98,8% Solde budgétaire (% du PIB): - 7,7 Population: 6,8 millions Nulle part le risque de catastrophe n'est plus manifeste qu'au Liban, où même le Covid-19 a été éclipsé par l'explosion d'août 2020 qui a rasé le port de Beyrouth et causé la chute du gouvernement. Un effondrement complet de l'économie n'est pas à exclure. Un plan de sauvetage du FMI est possible si un nouveau gouvernement parvient à voir le jour. Croissance du PIB: 1,6% PIB par habitant: 3.180 $ (7.700 $ en PPA) Inflation: 0,8% Solde budgétaire (% du PIB): - 8,2 Population: 37,3 millions La croissance repartira après le séisme économique dû au Covid-19 et à la sécheresse. Mais le chômage chronique et les inégalités territoriales alimenteront la colère et, conjugués aux divisions au sein du Parti de la justice et du développement au pouvoir, entraveront l'action du gouvernement, qui conservera toutefois son autorité sous l'égide du roi Mohammed VI. La reprise économique s'annonce en demi-teinte. Croissance du PIB: 1% PIB par habitant: 2.090 $ (5.050 $ en PPA) Inflation: 16,8% Solde budgétaire (% du PIB): - 3,1 Population: 211,4 millions Le chantier numéro un du président, Muhammadu Buhari, consistera à lutter contre l'affaissement économique résultant de la pandémie et de la baisse des prix du pétrole. Mais il doit aussi faire face à une insurrection islamiste dans le Nord-Est, au mouvement séparatiste dans le Sud et aux manifestations contre la police qui ont éclaté fin 2020. La crise donnera un coup de fouet aux négociations sur des réformes libérales, mais la détermination du gouvernement à les mettre en oeuvre fléchira à mesure que l'économie se redressera. Croissance du PIB: - 1,7% PIB par habitant: 1.400 $ (3.780 $ en PPA) Inflation: 54,5% Solde budgétaire (% du PIB): - 6,9 Population: 16,3 millions La récession causée par la pandémie perdurera dans une économie dévastée par la guerre, les sanctions internationales et l'explosion de Beyrouth, plaque tournante des importations dans la région. Dans ce contexte d'aggravation des difficultés économiques, le mécontentement gagnera du terrain, mais le régime de Bachar El-Assad a les ressources et le poids politique nécessaires pour se maintenir en place. Une élection présidentielle aura lieu pour la forme en avril ou en mai. Croissance du PIB: 0,4% PIB par habitant: 1.390 $ (2.480 $ en PPA) Inflation: 223% Solde budgétaire (% du PIB): - 6,5 Population: 15,1 millions Des conflits sociaux, des difficultés économiques et de l'instabilité politique, voilà ce que pouvait espérer au mieux le pays avant d'être frappé par le Covid-19. Dans son sillage, le gouvernement du président en exercice, Emmerson Mnangagwa, fera l'objet de récriminations croissantes. Il écartera ses opposants et ses rivaux et s'accrochera au pouvoir, tant qu'il conservera le soutien de l'armée.