La RTBF a enfin son nouveau contrat de gestion. Certes, le document doit encore être approuvé par son conseil d'administration avant le 31 décembre - une formalité - mais le plus dur est fait : le projet a obtenu, la semaine dernière, le feu vert de la Fédération Wallonie-Bruxelles après de longs mois de...

La RTBF a enfin son nouveau contrat de gestion. Certes, le document doit encore être approuvé par son conseil d'administration avant le 31 décembre - une formalité - mais le plus dur est fait : le projet a obtenu, la semaine dernière, le feu vert de la Fédération Wallonie-Bruxelles après de longs mois de discussions entre partenaires gouvernementaux. Fruit d'un savant compromis, le futur contrat prévoit une augmentation de la dotation publique de 1,25% en 2019 et en 2020 (soit environ de 3 millions supplémentaires par rapport aux 243,4 millions reçus en 2017) mais aussi une diminution des recettes publicitaires de l'entreprise audiovisuelle. Aujourd'hui plafonné à 30% de ses revenus globaux, l'argent de la publicité (71 millions d'euros en 2017) ne pourra plus atteindre que 27,5% des recettes de la RTBF en 2019 et finalement 25% à partir de 2020. Outre le volume, la diminution de la pression publicitaire s'opérera également sur le fond puisque toute publicité pour certains services ou produits polémiques, tels que le glyphosate, les casinos virtuels et les jeux de poker en ligne, sera interdite sur le service public dès l'année prochaine. Importante, cette baisse imposée des revenus publicitaires ne sera pas compensée par l'augmentation de la dotation publique. La RTBF devra donc faire preuve d'imagination pour maintenir le niveau actuel de ses recettes, sans doute via la vente des nouvelles séries belges qu'elle produira, puisque le nouveau contrat de gestion lui en impose quatre par an d'ici 2020.