Près d'un quart de siècle après sa création, Lola vient de changer de propriétaire. La belle élégante du Sablon a rejoint la galaxie de restaurants de la famille Litvine (Villa Lorraine, Villa in the Sky, Sea Grill, etc.). Qu'on aime ou on n'aime pas, il faut leur reconnaître un savoir-faire certain dans la reprise des établissements. Lola ne fait pas exception.
...

Près d'un quart de siècle après sa création, Lola vient de changer de propriétaire. La belle élégante du Sablon a rejoint la galaxie de restaurants de la famille Litvine (Villa Lorraine, Villa in the Sky, Sea Grill, etc.). Qu'on aime ou on n'aime pas, il faut leur reconnaître un savoir-faire certain dans la reprise des établissements. Lola ne fait pas exception. Remis au goût du jour avec une décoration tendance faisant la part belle au bois et rouvert juste avant le week-end de Pâques, le restaurant n'a pas tardé à faire le plein. Le jour de notre visite, un double service en soirée fut nécessaire pour absorber la demande. Preuve que les Bruxellois connaissent toujours le chemin du centre-ville... Aux fourneaux, épaulé par Larbi Ouriaghli Herizi, l'ancien chef, on retrouve Vladimir Litvine. Décidément au four et au moulin ces jours-ci puisqu'il s'occupe aussi de la cuisine d'Odette en ville et de Da Mimmo. La carte a été ajustée avec bonheur. Bien sûr, point de gastronomie enlevée ici - ce n'est d'ailleurs pas le but - mais une cuisine de brasserie soignée à base de bons produits (comme de la viande maturée Holstein) bien travaillés et de quelques spécialités belges. Citons les croquettes aux crevettes (non bisquées et fondantes, 18 euros), le vol-au-vent (20 euros) ou les tomates crevettes épluchées main (30 euros). Mention spéciale aux nems nénuphar, à la belle assiette d'escargots de Bourgogne (comme là-bas), au saumon teriyaki et ses asperges vertes accompagnées de la fameuse purée Robuchon (24 euros) et à des ris de veau sauce aux morilles cuits à la perfection (36 euros). Finalement, seules les frites laissent un peu à désirer. Question vins, les prix sont très raisonnables pour le Sablon. La carte fait la part belle à la France et aux bordeaux rouges. Mais l'amateur de vins de terroir y trouvera avec plaisir les Loire de Dagueneau, le Domaine de l'Oratoire Saint Martin à Cairanne, le Domaine de l'Hortus en Pic Saint-Loup ou le Coume del Mas à Collioure. Un service charmant et souriant anime une salle où règne une joyeuse ambiance de brasserie. Mission accomplie.