Le phénomène n'a pas encore atteint le grand public, mais le sport derrière un écran (e-sport) devient de plus en plus populaire. En témoigne, le recrutement par le PSV Eindhoven d'un des meilleurs joueurs belges de foot sur jeu vidéo. Stefano Pinna, qui s'est illustré au début d...

Le phénomène n'a pas encore atteint le grand public, mais le sport derrière un écran (e-sport) devient de plus en plus populaire. En témoigne, le recrutement par le PSV Eindhoven d'un des meilleurs joueurs belges de foot sur jeu vidéo. Stefano Pinna, qui s'est illustré au début du mois lors de la Fifa eWorld Cup 2018 au cours de laquelle il a atteint la finale, a signé un contrat d'un an avec le club néerlandais. Celui-ci, comme pas mal d'autres clubs, s'est équipé d'une salle d'e-sport pour permettre à ses e-gamers de s'entraîner, accompagnés de leurs coaches. Comme les sportifs sur gazon, les joueurs de la Fifa s'entraînent, participent à des compétitions et... sont sponsorisés. On se souvient qu'il y a tout juste un an, le Sporting d'Anderlecht, par exemple, avait engagé son premier e-sportif, Zakaria Bentato, soutenu par un partenariat financier de Hello bank !. En Belgique, d'autres clubs (Standard de Liège, etc.) disposent aussi de leurs e-gamers. Et des tournois commencent à s'organiser : pas plus tard qu'en juin 2018, Engie Electrabel lançait, en collaboration avec le Sporting d'Anderlecht, son tournoi d'e-sport, baptisé Engie Belgian's Best. Si en Belgique le phénomène d' e-game Fifa n'en est encore qu'à ses balbutiements, au niveau mondial, il a déjà atteint une certaine ampleur. Le vainqueur du tournoi Fifa World Cup a remporté, en 2018, pas moins de 250.000 dollars.