Parcourir l'arrière-pays de Logroño, la capitale de la région espagnole de La Rioja, permet de découvrir des vignes à perte de vue. Dans de petites parcelles étroites, arborées, vallonnées et protégées des tempêtes atlantiques par la cordillère Cantabrique.
...

Parcourir l'arrière-pays de Logroño, la capitale de la région espagnole de La Rioja, permet de découvrir des vignes à perte de vue. Dans de petites parcelles étroites, arborées, vallonnées et protégées des tempêtes atlantiques par la cordillère Cantabrique. Nous sommes dans l'Alta, l'une des trois sous-régions de l'appellation DOC (l'équivalent de l'AOP française) Rioja, la plus ancienne et la plus connue des appellations espagnoles. Tempos Vega Sicilia et son patron, Pablo Alvarez, rêvait de s'y installer après des expériences hallucinantes en Ribera del Duero (l'Unico est, à nos yeux, le meilleur vin espagnol) et en Toro. D'ailleurs, il s'y serait installé tout seul sans la rencontre fortuite, il y a 15 ans, avec Benjamin et Ariane de Rothschild. La baronne est, depuis 2015, la présidente du comité exécutif du Groupe Edmond de Rothschild. Le groupe n'est pas actif que dans la finance. Il possède des activités dans le vin (Château Clarke, entre autres), l'agriculture (la Compagnie Fermière produit près de Paris des bries de Meaux et de Melun fermiers), la gastronomie et l'hôtellerie. Benjamin et Ariane ont aussi des parts majoritaires (mais pas la direction opérationnelle) dans les Domaines Barons de Rothschild et donc, dans le fameux Château Lafite-Rothschild ou le Château l'Evangile, star de Pomerol. " J'avais envie de challenger nos propres vins, explique Ariane de Rothschild, et de créer un vin prestigieux à partir de rien. Après, pour réussir, il faut être en phase au niveau humain et avec Pablo, nous le sommes. Nous avons eu cette envie de faire un vin à deux et de nous attaquer aux beaux vins espagnols. Preuve que je crois dans ce domaine, j'y ai mis mon argent personnel et j'y investis du temps, ce qui n'est pas toujours simple. C'est aussi un message que j'envoie à mes enfants : il faut prendre des risques et avoir des idées fortes. Vivre sur les dividendes de Château Lafite ne m'intéresse pas. Il faut continuer à construire et à travailler le patrimoine familial. " Les deux familles ont donc créé ensemble Bodegas Benjamin de Rothschild & Vega Sicilia. Patiemment, elles ont cherché des terres qui pouvaient donner naissance à des vins exceptionnels et typiques de la Rioja. " Depuis le début, je désirais acheter des parcelles dans le nord de la Rioja. Pour son climat continental modéré mais aussi son altitude. Ils étaient, selon moi, les garants d'une bonne expression du cépage tempranillo sur son terroir et d'avoir un pH bas pour conférer de la fraîcheur aux vins. Nous nous sommes dirigés vers les communes de San Vicente de la Sonsierra et de Samaniego. J'ai visité plus de 250 parcelles différentes pour n'en retenir que 117, soit 120 hectares de vignes d'au moins 35 ans. Pour maintenir le projet secret, nous avons procédé à ces achats de façon discrète. " Au total, les deux maisons auront investi 35 millions d'euros dont 11 dans l'achat des terres. Les premiers millésimes du Macán et Macán Clásico, les deux vins produits (lire l'encadré), ont été élaborés dans des installations louées. Mais dans quelques jours, le roi Juan Carlos viendra inaugurer le chai flambant neuf construit à quelques kilomètres de Samaniego. C'est un ensemble de 40.000 m2 adossé à une forêt protégée. Pour cette raison, il n'y a aucune clôture autour du chai, les animaux doivent pouvoir circuler librement. Le son doit y être étouffé et les lumières, le soir, légères. Les trois bâtiments du chai sont disposés en escalier à flanc de côteau afin de profiter de la gravité lors des différents processus de la vinification et ainsi préserver le fruit. Le millésime 2016 des deux vins y est déjà en élaboration. Et vu les techniques de pointe utilisées, la qualité devrait singulièrement augmenter. " Nous avons une grosse marge de progression, explique Gonzalo Iturriaga, le directeur technique de Vega Sicilia également à l'oeuvre ici. Nous sommes encore en train de prendre la mesure du vignoble. Parfois, sur une seule parcelle, différents terroirs coexistent. Ici dans ce nouveau chai, nous allons pouvoir commencer une véritable sélection parcellaire et tester des assemblages dans notre salle de micro-vinification. Nous évaluons aussi la durée des élevages et cherchons encore les barriques qui vont vraiment correspondre au vin que nous voulons faire. Nous testons différents fabricants même si Vega Sicilia possède sa tonnellerie qui produit 700 barriques par an. C'est du travail de précision à la hauteur de l'exigence, très élevée, de Pablo Alvarez. " Il n'y a pas de french touch dans les Macán. Ce sont des rioja " pur jus " élaborés par des Espagnols. D'ailleurs, les vins sont distribués par les canaux propres à Vega Sicilia. Pour l'instant, Edmond de Rothschild Héritage ne fait pas encore profiter de son réseau. " Ce sont des vins espagnols, explique Boris Bréau, directeur général de la Compagnie Vinicole chez Edmond de Rothschild Héritage, et pour ne pas engendrer de confusion, il paraît logique que Vega Sicilia utilise son réseau qui a fait ses preuves. Quand nos clients demandent du Macán, nous les envoyons chez eux. Mais nous faisons connaître le vin auprès de notre vaste réseau de relations financières et bancaires. Par exemple, lors de séminaires sur le vin. Jusqu'ici, Vega Sicilia absorbe sans problème la production. Ceci dit, quand nous atteindrons, à terme, une production de 320.000 bouteilles, les choses pourraient changer mais nous n'en sommes pas encore là. " Ne cherchez pas Macán sur une carte. Cela n'existe pas. Le nom est un diminutif de Macannes, le surnom des habitants de San Vicente de la Sonsierra. Xavier Beghin à Logroño