Deuxième levée du Grand Chelem de l'année, le PGA Championship se déroule, cette semaine, sur le terrible " Black Course " de Bethpage, près de New York. Créé dans les années 1930 dans un parc public à l'est de Manhattan et entièrement réaménagé à la fin 20e siècle, ce parcours est un véritable " monstre ", à la fois pour sa longueur (par 70 de près de 6.800 m) et pour sa difficulté. Rough épais, fairways étroits, collection de bunkers et greens ultra- rapides : le cahier des charges des " Majors à l'américaine " a été entièrement respecté !

Brillant lauréat du dernier Masters, Tiger Woods, 43 ans, est évidemment la grande attraction du tournoi. Le champion américain n'a participé à aucune compétition depuis son mémorable sacre à Augusta. Mais il rêve ouvertement d'un 16e titre en Grand Chelem qui le rapprocherait un peu plus du record de Jack Nicklaus (18). Pour y avoir remporté l'US Open en 2002, le " Tigre " connaît et apprécie Bethpage, un terrain cousu sur mesure pour les joueurs qui savent mélanger longueur au drive et précision dans les approches. Il se chuchote même qu'il travaille son putting sur le pont de son yacht privé de 600 m2 amarré depuis plus d'une semaine dans le port d'Oyster Bay !

Thomas Pieters participe au tournoi. Il avait terminé sixième l'an passé.

Le plateau de ce 101e PGA Championship (qui se dispute pour la première fois au mois de mai) est évidemment exceptionnel. Tenant du titre, Brooks Koepka fait figure d'épouvantail et ambitionne ouvertement un doublé que seul...Tiger Woods a déjà réussi (1999-2000 et 2006-2007). Mais on peut aussi faire confiance à d'autres grands frappeurs (Dustin Johnson, Justin Rose, Rory McIlroy, Jason Day, Tony Finau, Rickie Fowler ou Jon Rahm) pour brouiller les pistes. A priori, le parcours convient un peu moins bien à Francesco Molinari. Mais on sait que le métronome italien, qui évolue à plein temps sur le PGA Tour, peut désormais briller sur tous les terrains. Bref, la bataille s'annonce à la fois ouverte, passionnante et incertaine.

Thomas Pieters, absent lors du Masters, sera bel et bien présent à Bethpage grâce à son statut de Top 100 mondial. Assez discret depuis le début de la saison, l'Anversois attend avec impatience le grand déclic. L'an passé, sur le parcours du Bellerive CC, il avait lutté pour la victoire lors de ce même PGA Championship. Deuxième au départ du 17e trou, il concéda un vilain double bogey qui le fit rétrograder à la sixième place. Cette fois, il entend bien tenir jusqu'au bout. Dans un golf mondial où l'équilibre des forces est de plus en plus grand, on recense la bagatelle de 20 vainqueurs différents lors des 25 derniers tournois du Grand Chelem. Un jour ou l'autre, Thomas Pieters pourrait encore agrandir le cercle !