Les trains Thalys, reliant Bruxelles à Paris, Amsterdam et Cologne, vont bénéficier d'un lifting à partir de l'an prochain. L'intérieur des wagons sera doté d'un nouveau design et de nouveaux sièges. Les 26 rames bordeaux gagneront chacune 28 sièges (passant de 371 à 399 places, +7%).
...

Les trains Thalys, reliant Bruxelles à Paris, Amsterdam et Cologne, vont bénéficier d'un lifting à partir de l'an prochain. L'intérieur des wagons sera doté d'un nouveau design et de nouveaux sièges. Les 26 rames bordeaux gagneront chacune 28 sièges (passant de 371 à 399 places, +7%). Thalys profite actuellement d'un retour de la croissance économique. L'opérateur, qui est longtemps resté à la frontière des 7 millions de passagers par an, l'a dépassée en 2017 (7,2 millions de passagers). " Pour le premier trimestre 2018, la croissance en matière de trafic est de 8,8 %, avance Agnès Ogier, CEO de THI Factory (Thalys), en bonne partie grâce au succès de notre ligne vers les Pays-Bas. " Une part de cette croissance est aussi due à une multiplication des offres selon les profils de passagers, à commencer par les rames low cost Izy (à partir de 19 euros), pour un trajet un peu plus long (2h32 au lieu de 1h22), lancées en 2016. Agnès Ogier a aussi ajouté une catégorie dans les Thalys. A côté du tandem des première et seconde classes, elle a lancé l'an dernier l'offre Comfort, à un tarif intermédiaire, avec des sièges de première classe mais sans repas. " Les passagers intéressés par cette formule libèrent des sièges en seconde classe. Nous pouvons alors proposer davantage de places à premier prix ", avance-t-elle. Et ainsi battre indirectement en brèche les reproches faits à Thalys à propos de ses tarifs élevés. " Nous sommes parvenus à notre objectif, qui consistait à vendre 30 % des tickets à petits prix ", ajoute-t-elle. Thalys, dont la SNCF et la SNCB sont actionnaires, ne peut en effet pas vendre tous ses tickets à petit prix car il n'est pas subsidié et le coût du passage sur les lignes à grande vitesse est très élevé. En ajoutant des sièges, il va réduire le coût du péage ferroviaire par passager et gagner un peu de marge. La rénovation des rames s'étalera de 2019 à 2022 et coûtera 55 millions d'euros par an.