Fiscalement, le Cayenne hybride plug-in présenté ci-contre, comme la plupart de ses concurrents, est actuellement déductible à 90% pour les sociétés, ce qui est très intéressant par rapport à un modèle diesel équivalent. Mais les choses vont changer à partir de 2020. Le gouvernement, estimant sans ménagement que tous les propriétaires de gros SUV hybrides plug-in les achètent uniquement pour des raisons fiscales et ne rechargent jamais leur batterie, a adopté une nouvelle réglementation visant à pénaliser ces modèles. La formule de calcul tient compte du ratio poids de la voiture/puissance de la batterie et est assortie d'une limite maximale de 50 g/km de CO2. Une limite que dépassent la plupart des gros SUV hybrides plug-in, dont la déductibilité fiscale devrait retomber autour des 40% en 2020. Ce qui ne permettra plus d'amortir le supplément de prix à l'achat par rapport à un diesel équivalent. Les sociétés sont donc moins tentées d'acheter ces gros SUV hybrides plug-in. Quant aux particuliers en Wallonie et à Bruxelles, ils n'ont pas d'incitant fiscal pour l'achat de ces véhicules. En Flandre, les hybrides plug-in sont plus avantageux que les diesel en ce qui concerne la taxe de mise en circulation et la taxe annuelle, mais cela ne compense évidemment pas le supplément de prix de cette technologie.