Dans la famille " maroquinerie végétale ", je demande le raisin. Après la basket à la fibre de pomme de Tommy Hilfiger, les sneakers en peau d'ananas griffés Hugo Boss, c'est au tour du Coq Sportif de proposer des chaussures de sport issues de l'i...

Dans la famille " maroquinerie végétale ", je demande le raisin. Après la basket à la fibre de pomme de Tommy Hilfiger, les sneakers en peau d'ananas griffés Hugo Boss, c'est au tour du Coq Sportif de proposer des chaussures de sport issues de l'industrie fruitière. Gaïa (115 euros) et Nérée (130 euros) sont les noms des deux nouveaux modèles fabriqués à partir de résidus de la viniculture. Ces tennis d'inspiration rétro qui rappellent les grandes heures d'Arthur Ashe s'inscrivent en marge du marché du cuir animal dont le tannage est réputé polluant, en particulier avec le recours au sel de chrome qui reste le procédé le plus utilisé. Le cuir de raisin est réalisé à partir des peaux, tiges et pépins rejetés lors de la production du vin. Le traitement du marc est garanti sans métaux lourds ni solvants toxiques. A la pointe de la technique, on trouve la start-up italienne Vegea qui a collaboré avec Bentley sur les revêtements intérieurs véganes de son concept car EXP 100 GT. Les défenseurs du cuir traditionnel restent sceptiques, les autres débouchent une bouteille de vin (nature) et boivent à la santé de Greta Thunberg.