Le monde artistique n'est pas le seul à pâtir des économies imposées par le gouvernement flamand. Les PME aussi verront leur budget formation sérieusement amputé. Jusqu'à présent, une petite entreprise qui investissait dans la formation de son personnel pou...

Le monde artistique n'est pas le seul à pâtir des économies imposées par le gouvernement flamand. Les PME aussi verront leur budget formation sérieusement amputé. Jusqu'à présent, une petite entreprise qui investissait dans la formation de son personnel pouvait compter sur un subside de 40 %, plafonné à 10.000 euros par an. Pour une moyenne entreprise, les montants correspondants s'élevaient à 30% et 15.000 euros. Désormais, les petites entreprises n'auront plus droit qu'à 30% et les moyennes à 20% avec, pour toutes, un plafond abaissé à 7.500 euros. En pratique, ce dernier était rarement atteint. Le subside moyen atteignait en effet 1.000 euros pour une petite entreprise, le double pour une moyenne. Mais les petits ruisseaux font les grandes rivières et la mesure était extrêmement populaire, de sorte que les économies escomptées, 23 millions d'euros, toucheront un grand nombre de sociétés. L'Unizo s'en inquiète et voit dans la mesure un frein au développement des petites entreprises. Le Syndicat neutre des indépendants (SNI) se montre plus réservé et ne critiquera pas la mesure si les fonds ainsi dégagés sont affectés à une diminution des charges des entreprises. Dans la liste des priorités, la diminution des charges arrive avant la formation, commente le syndicat.