Après les ouvriers, ce sont les employés de l'usine Caterpillar de Gosselies qui devaient se prononcer le 6 mars sur le plan social négocié par leurs représentants avec la direction. Chez les 1.130 ouvriers, un plan soci...

Après les ouvriers, ce sont les employés de l'usine Caterpillar de Gosselies qui devaient se prononcer le 6 mars sur le plan social négocié par leurs représentants avec la direction. Chez les 1.130 ouvriers, un plan social avait été approuvé à une large majorité (74%) le 28 février. Même si ce ne sont que des compensations à la perte de 2.200 emplois, ces plans ont été jugés suffisamment généreux par les délégués syndicaux. Dans un cas comme dans l'autre, ils s'articulent autour d'une prime légale de 30.000 euros brut, à laquelle s'ajoutent une série d'autres indemnités. Pour les ouvriers, les montants pourraient varier au total entre 34.000 et 160.000 euros selon l'ancienneté. Une fois le vote des employés acquis, la direction pourra clôturer la procédure Renault d'information et de consultation. Des discussions pourront alors démarrer concernant l'avenir du site. Il se pourrait que la firme accepte de revendre les terrains, ce qui faciliterait une reconversion. Les licenciements, eux, démarreraient à la fin avril et se feraient par vagues jusqu'en décembre. Par Christophe de Wasseige