La Commission européenne a balayé l'argument de risque de pénurie alimentaire vu le contexte ukrainien et a annoncé la réduction de moitié de l'utilisation de pesti...

La Commission européenne a balayé l'argument de risque de pénurie alimentaire vu le contexte ukrainien et a annoncé la réduction de moitié de l'utilisation de pesticides d'ici à 2030. Une obligation légalement contraignante pour tout le monde mais un objectif à atteindre collectivement. Ce projet, qui doit encore faire l'objet d'un accord avec le Parlement et les Etats, s'accompagne de mesures de guidance des agriculteurs vers des méthodes plus douces et préventives (rotation des cultures, biopesticides, confusion sexuelle, pulvérisation ciblée, etc.) et de compensations financières pendant une période de transition de cinq ans via la Politique agricole commune. Il est aussi prévu de bannir totalement les pesticides dans des zones sensibles comme les parcs publics, les terrains de sport ou les plaines de jeux.