" Certaines sociétés de recouvrement axent même leur publicité sur le milieu scolaire, regrette Johan Van Biesen, et leur intervention n'est pas gratuite. J'ai vu des factures de 100 euros dépasser les 1.000 euros un an plus tard, poursuit le président de SOS Schulden op School (SOS Dettes à l'école), une ASBL qui milite depuis 20 ...