Si les Solidarités namuroises sont elles aussi reportées à l'été 2022, leurs organisateurs ont décidé de garnir à quatre reprises le théâtre de verdure de la citadelle aux couleurs de la chanson (au sens large), sous le générique des Nuits solidaires. Un petit frère/co...

Si les Solidarités namuroises sont elles aussi reportées à l'été 2022, leurs organisateurs ont décidé de garnir à quatre reprises le théâtre de verdure de la citadelle aux couleurs de la chanson (au sens large), sous le générique des Nuits solidaires. Un petit frère/cousin du grand festival donc, mais toujours dans une ambiance se voulant engagée - avec notamment le Village solidaire - et des options musicales nettement franco-belges. Raphaël, annulé à l'Arena 5, redonne rendez-vous à ses fans en terre namuroise, tout comme ces orfèvres ès mélodies que sont Les Innocents, toujours flanqués de morceaux intemporels qui devraient aussi toucher le public des 20-30 ans. Celui-ci sera en tout cas aussi sensible au reste de la progra' proposée. Notamment la Lyonnaise Pomme dont les titres transportent une dramaturgie qui n'aurait sans doute pas déplu à Barbara. Mais également la jeune Charles, qui semble sortir son épingle d'ex de The Voice Belgique, ou l'Avignonnaise Suzane, qui offre une rareté, soit de la musique électronique dotées de paroles trouvant du sens. Rayon masculin, on avoue notre béguin pour Noé Preszow, poète bruxellois de 26 ans, l'une des révélations nationales de la saison 2020-2021. Le prochain Brel/Ferré/Annegarn? Les paris sont pris.