La victoire de l'Australien Cameron Smith lors du récent "The Open" de St. Andrews a confirmé à la fois la montée en puissance de la nouvelle génération et l'actuel équilibre des forces au sein du golf mondial. En 2022, les quatre lauréats des tournois du Grand chelem étaient ainsi tous âgés de moins de 30 ans. Scottie Scheffler (26 ans) s'est adjugé le Masters d'Augusta, Justin Thomas (29 ans) a remporté le PGA Championship, Matthew Fitzpatrick (27 ans) a gagné l'US Open et Cameron Smith (28 ans) a soulevé la Claret Jug...

La victoire de l'Australien Cameron Smith lors du récent "The Open" de St. Andrews a confirmé à la fois la montée en puissance de la nouvelle génération et l'actuel équilibre des forces au sein du golf mondial. En 2022, les quatre lauréats des tournois du Grand chelem étaient ainsi tous âgés de moins de 30 ans. Scottie Scheffler (26 ans) s'est adjugé le Masters d'Augusta, Justin Thomas (29 ans) a remporté le PGA Championship, Matthew Fitzpatrick (27 ans) a gagné l'US Open et Cameron Smith (28 ans) a soulevé la Claret Jug. C'est évidemment un signal fort qui prouve combien la "Next Gen" est en train de prendre le pouvoir. Autrefois, à quelques exceptions près (Severiano Ballesteros, Tiger Woods, etc.), c'était plutôt autour des 30-35 ans que les champions arrivaient à maturité, un peu comme s'ils devaient auparavant faire leurs preuves. Ce n'est plus du tout le cas aujourd'hui: dans le top 10 mondial, on comptabilise désormais la bagatelle de huit joueurs âgés de moins de 30 ans: Scottie Scheffler, Cameron Smith, Jon Rahm, Xander Schauffele, Justin Thomas, Collin Morikawa, Viktor Hovland et Matthew Fitzpatrick. Et la tendance n'est pas très différente jusqu'au top 20. Dans ce contexte, Rory McIlroy (33 ans) et Dustin Johnson (38 ans) font presque figure d'anciens! Cette jeunesse triomphante dans un sport souvent considéré comme "vieux" rebat évidemment bien des cartes. Aujourd'hui, au départ de chaque grande compétition, les prétendants au sacre se bousculent sur le tee n°1, au grand désespoir des bookmakers! Il suffit pour s'en convaincre de jeter un oeil sur les palmarès des tournois majeurs. Sur les 20 derniers Grands Chelems, on recense 17 lauréats différents. Seuls Brooks Koepka et Collin Morikawa ont gagné à plus d'une reprise. Et dire qu'entre 1997 et 2007, Tiger Woods avait remporté 13 Majors à lui seul! Plusieurs facteurs expliquent cette (r)évolution. Les huit "jeunes" membres du top 10 mondial sont tous passés par la filière universitaire américaine, véritable pépinière de champions où le niveau de préparation (technique, physique et mentale) est de plus en plus professionnel. Parallèlement, la façon de jouer a fortement évolué. Les champions modernes sont devenus de véritables athlètes qui, grâce à un matériel ultra-sophistiqué, catapultent des drives à plus de 300 mètres. On l'a encore constaté lors de The Open où, sur le Old Course, de nombreux joueurs ont attaqué au drive les greens des par 4, survolant tous les bunkers du parcours! A l'arrivée, Cameron Smith a gagné le tournoi à -20 (nouveau record à St.Andrews) et plus de 70 joueurs ont terminé le tournoi sous le par!