En février-mars, les Halles de Schaerbeek mettent leur vaste carcasse métallique au service de trois spectacles. Ces 18 et 19 février, Lions, de la compagnie belge Poivre Rose, tente l'union entre cirque traditionnel et contemporai...

En février-mars, les Halles de Schaerbeek mettent leur vaste carcasse métallique au service de trois spectacles. Ces 18 et 19 février, Lions, de la compagnie belge Poivre Rose, tente l'union entre cirque traditionnel et contemporain. Les fauves sont en peluche mais l'humour en matière première, dans une chorégraphie qui remet le vieux slip blanc moulant à l'honneur, lâche de la guitare électrique féminine et s'étourdit d'acrobaties loufoques. Autre registre, celui des Français de Baro d'evel pour trois représentations de Musto, du 22 au 24 février. Dialogue d'une femme et d'un homme qui échangent des mots sur leur animal intérieur, sur décor de tête de cheval stylisée en carton renforcé qui donne l'impression que le mystère des relations pourrait se dénouer dans le grand espace de cet ancien marché. Troisième intrigue, celle de la chorégraphe toulousaine Maguy Marin, figure de la danse contemporaine depuis le début des années 1970. Là encore, il s'agit de conversations et d'échanges mais dans une scénographie qui fourmille autant de mots que d'objets et de flux d'images. Y aller voir de plus près est à voir du 8 au 10 mars.