Ils sont verts et ont des dents tranchantes. Les crocodiles de Juliette Boutant et de Thomas Mathieu ont en plus des comportements particu- lièrement déplacés envers les femmes. Vous les connaissez parce que nous les avons toutes et tous croisés dans la rue, chez des amis, voire chez soi. Le premier tome de ces Crocodiles nous avaient renvoyé en pleine face les récits authentiques de jeunes femmes que le dessinateur Thomas Mathieu mettait en images sur son blog avant que cela ne devienne un album. Dans cette nouvelle livraison, avec Juliette Boutant, le duo de dessinateurs-scénaristes élargit le spectre des situations où les attitudes sexistes sont encore foison : dans la rue toujours, mais aussi dans la sphère plus intime, dans les contacts avec le milieu médical (les violences obstétricales), au boulot. Les machos sont partout, quand ils ne sont pas des agresseurs. Ce ne sont pas forcément des gestes, ce peut être simplement des mots. Avec un dessin faussement naïf, la dénonciation n'en est que plus puissante. En verdissant les seuls sauriens, les auteurs pointent du doigt ceux qui jusqu'à présent restaient anonymes voir invisibles. Un procédé judicieux de la part des deux auteurs profondément engagés dans leur démarche. Salutaire !

Juliette Boutant et Thomas Mathieu, " Les Crocodiles sont toujours là ", éditions Casterman, 186 pages, 19,50 euros.