La crise du coronavirus aura été fatale à Swissport Belgium, société d'assistance au sol active à Brussels Airport, qui travaille notamment pour Brussels Airlines. Elle a demandé sa mise en faillite et celle d'une filiale de nettoyage. Cela touche 1.469 salariés. L'activité cargo n'est pas concernée. " Avec une crise d'un telle ampleur, les compteurs doivent être remis à zéro ", explique Thierry Miremont, CEO de l'ent...

La crise du coronavirus aura été fatale à Swissport Belgium, société d'assistance au sol active à Brussels Airport, qui travaille notamment pour Brussels Airlines. Elle a demandé sa mise en faillite et celle d'une filiale de nettoyage. Cela touche 1.469 salariés. L'activité cargo n'est pas concernée. " Avec une crise d'un telle ampleur, les compteurs doivent être remis à zéro ", explique Thierry Miremont, CEO de l'entreprise. Swissport Belgium fournit les services au sol des compagnies ( handling), dont les plus visibles sont l'acheminement des bagages et le check-in. Elle a connu de nombreuses années de pertes (-7,1 millions d'euros en 2019). " Nous avons approché les pouvoirs publics pour un soutien financier, on nous a répondu qu'étant déjà en perte avant la crise, il était difficile de nous soutenir ", continue Thierry Miremont. A Zurich, on pense la même chose. " La crise actuelle force Swissport International AG, la maison mère de Swissport Belgium, à adopter une approche stricte concernant le financement des filiales en perte, pour préserver la santé financière du groupe ", indique un communiqué. Swissport est concurrencé à Zaventem par un autre acteur, le groupe belge Aviapartner, qui est en meilleure forme. Il approche aussi les pouvoirs publics pour un financement de crise. Les soucis structurels pour les handlers de l'aéroport de Bruxelles-National sont multiples. " L'activité connaît des pics et des creux dans la journée, et les conventions collectives ne permettent pas assez de flexibilité ; il faudrait annualiser le temps de travail, dit Thierry Miremont. Et les coûts salariaux sont élevés en Belgique... " D'autres circonstances minent Swissport Belgium : un contrat négocié à bas prix avec Brussels Airlines et une valse des managers. Le dossier sera géré par un curateur, qui cherchera un repreneur. De toute manière, il faut légalement deux handlers à Zaventem. Une partie des salariés pourrait être reprise pour accompagner le lent retour des vols à l'aéroport.