Selon une étude réalisée par la société internationale de conseil Accenture auprès de 1.000 personnes en Belgique, et dont nous avons pu prendre connaissance en exclusivité, près d'un Belge sur deux n'est pas satisfait des innovations proposées par son assureur. Intitulée Market Puls...

Selon une étude réalisée par la société internationale de conseil Accenture auprès de 1.000 personnes en Belgique, et dont nous avons pu prendre connaissance en exclusivité, près d'un Belge sur deux n'est pas satisfait des innovations proposées par son assureur. Intitulée Market Pulse, l'étude montre en effet clairement que le secteur de l'assurance est à la traîne en matière de service personnalisé et de digitalisation, notamment par rapport aux établissements bancaires. Signe de cette insatisfaction, pas moins de 29 % des personnes interrogées par Accenture disent ne pas savoir quelle assurance choisir si elles étaient amenées à devoir à nouveau faire leur choix ; 23 % d'entre elles disent aussi rester par habitude chez leur courtier (alors que la satisfaction à son égard est aussi en déclin), tandis que de moins en moins de clients recommandent leur assureur à des connaissances (proches, amis). De quoi confirmer le manque d'interaction qui existe aujourd'hui entre les compagnies et leurs clients. Cette interaction se limite à trois moments clés : lors de la signature du contrat, lorsque la prime est payée et en cas de sinistre. Selon Accenture, cette " indifférence grandissante " entre assureurs et assurés fragilise les compagnies traditionnelles. Au point, bien évidemment, de les rendre vulnérables à l'arrivée de nouveaux acteurs innovants et disruptifs comme les insurtechs, conclut Accenture.