A l'occasion du Salon du dessin de Paris, la vente tenue chez Artcurial en cette fin mars comprend divers lots autour des Maîtres Anciens du 19e siècle, dont un ensemble de dessins d'une collectionneuse bruxelloise. Soit plus de 200 oeuvres dont une rare feuille de Polidoro da Caravaggio et une terre cuite de Bartholdi. Mais c'est bien le nom Empain qui fait l'événement. Pas celui porté par Edouard-Jean (1937-2018) mais bie...

A l'occasion du Salon du dessin de Paris, la vente tenue chez Artcurial en cette fin mars comprend divers lots autour des Maîtres Anciens du 19e siècle, dont un ensemble de dessins d'une collectionneuse bruxelloise. Soit plus de 200 oeuvres dont une rare feuille de Polidoro da Caravaggio et une terre cuite de Bartholdi. Mais c'est bien le nom Empain qui fait l'événement. Pas celui porté par Edouard-Jean (1937-2018) mais bien par son grand-oncle François (1862-1935). Ce financier et homme politique belge, officiellement prénommé Louis François Joseph, fut sénateur de 1913 à 1920 mais restera sans doute davantage dans l'histoire comme collectionneur acharné dont Artcurial met en vente une dizaine de lots ayant pour thème l'éloge de la folie . Ce qui touche François Empain, c'est précisément les déviances -" monomanes, fous, danseurs frénétiques, buveurs, animaux au comportement énigmatique "- qui s'emparent des arts à la charnière des 15e et 16e siècle. Particulièrement aux Pays-Bas et en Allemagne où, dans la foulée de l'intérêt d'Erasme pour le sujet de la folie, les déviances plus ou moins figuratives vont prendre différentes formes. Comme dans les scènes de réjouissances de la peinture flamande des années 1600-1700 jusqu'au romantisme et ses tourments deux siècles plus tard. Homme de loi, de droit et d'industrie, Empain a été fasciné par ce qui interrogeait alors le spectateur et amateur d'art sur sa propre folie et les frontières floues entre raison et déraison. Parmi les objets les plus précieux de la collection Empain mis en vente, Le roi boit, une huile sur panneau de chêne signée Pieter Brueghel le Jeune, le fils de Pieter l'Ancien, estimée entre 400.000 et 600.000 euros. Ou encore une pièce plus modeste rayon prix : une toile provenant de l'atelier de Jacob Jordaens, peintre et graveur flamand du 16e siècle, dont la valeur est située dans une fourchette de 60.000 à 80.000 euros. Sans obligation d'achat : le spectacle sera aussi dans la salle.