John Lennon en 2020 est-il davantage qu'un merveilleux souvenir troublé par une histoire cruelle, celle d'un musicien assassiné le 8 décembre 1980 devant son logement new-yorkais? Sur ce best of disponible en plusieurs versions (du CD au très chic coffret acco...

John Lennon en 2020 est-il davantage qu'un merveilleux souvenir troublé par une histoire cruelle, celle d'un musicien assassiné le 8 décembre 1980 devant son logement new-yorkais? Sur ce best of disponible en plusieurs versions (du CD au très chic coffret accompagné d'un épais livret), le travail de remixage et de remastérisation effectué par la veuve Yoko Ono et le fiston Sean amène un éclairage parfois différent des originaux. C'est le cas de la version de Cold Turkey et de ses bavardages sonores. Lennon, c'est un monde d'espoirs et de fissures, qu'il a surtout exprimés hors du cercle des Beatles, se laissant alors davantage aller à son propre récit. Quatre ou cinq décennies plus tard, les chansons restent à fleur de peau. Notamment les hits qui ont traversé le temps tels qu' Imagine, Power To The People, Working Class Hero ou Give Peace A Chance. Avec ce moment hors normes qu'est God, l'absolu " lennonien ", où John cite tout ce en quoi il est désormais vain de croire (Kennedy, Elvis, Hitler (...), Zimmerman, Jesus, The Beatles). Lâchant lors du sublime final souligné de piano " I just believe in me/Yoko and Me/That's reality/Dream is over/What can I say ". Grande et cruelle chanson, à la hauteur de son géniteur.