Il a fêté ses 50 ans le 16 juin dernier avec la ferme ambition de poursuivre sa carrière au plus haut niveau. Icône du golf mondial depuis plus d'un quart de siècle et lauréat de cinq tournois du Grand Chelem, Phil Mickelson n'a, de fait, rien perdu de son talent. Certes, il a récemment quitté le top 50 mondial (pour la première fois depuis 1993) mais il reste une valeur sûre et emblématique du PGA Tour. Cette saison, il a encore terminé sur le podium à trois reprises (Saudi International, AT&T Pebble Beach et St.Jude Invita...

Il a fêté ses 50 ans le 16 juin dernier avec la ferme ambition de poursuivre sa carrière au plus haut niveau. Icône du golf mondial depuis plus d'un quart de siècle et lauréat de cinq tournois du Grand Chelem, Phil Mickelson n'a, de fait, rien perdu de son talent. Certes, il a récemment quitté le top 50 mondial (pour la première fois depuis 1993) mais il reste une valeur sûre et emblématique du PGA Tour. Cette saison, il a encore terminé sur le podium à trois reprises (Saudi International, AT&T Pebble Beach et St.Jude Invitational). Et, comme de coutume, il figurera parmi les favoris du Masters d'Augusta qui, en ce millésime si déboussolant, a été reporté au mois de novembre. Fût-il jeune de corps et d'esprit, " Lefty " assume néanmoins son âge. Il n'a d'ailleurs pas résisté à faire ses débuts sur le Champions Tour, le circuit américain réservé aux plus de 50 ans. Au sommet de son art, le " jeune premier " a survolé le " Charles Schwab Series ", terminant les trois tours du tournoi à 22 sous le par. " C'était une fantastique expérience que j'espère renouveler régulièrement. L'ambiance est magique et j'ai été ravi de revoir les vieux copains ", a-t-il confié. Aux Etats-Unis, le circuit senior est très populaire. Il bénéficie d'impressionnants prize money (plus de 50 millions de dollars sur l'année) et tous les tournois sont retransmis en live à la télé, avec des audiences parfois supérieures à celles du PGA Tour ! Le public adore revoir à l'oeuvre les " légendes ". Aux States, le golf est un sport national, pratiqué par plus de 30 millions de joueurs parmi lesquels beaucoup de seniors, dont le swing est volontiers rythmé par la nostalgie ! Ce n'est pas un hasard si Jack Nicklaus, Arnold Palmer, Gary Player, Tom Watson ou Lee Trevino ont longtemps fréquenté ce " Tour " des vétérans où ils cultivent, sans stress, leur image. Le niveau du Champions Tour est, au demeurant, remarquable. Bien sûr, les joueurs n'y frappent aussi loin que Bryson DeChambeau ou Rory McIlroy. Mais ils excellent dans la technique, le toucher de balle ou la stratégie. Ces dernières années, Bernhard Langer a collectionné les succès dans la catégorie avec 10 sacres annuels entre 2008 et 2018. L'Allemand a gagné près de 30 millions de dollars durant cette période ! Mais la concurrence est redoutable avec, en première ligne, Ernie Els, Miguel Angel Jimenez, Fred Couples, Steve Stricker, Jim Furyk, Colin Montgomerie, Vijay Singh ou Retief Goosen. L'arrivée de Mickelson ajouterait une nouvelle dimension à cette noble assemblée. En attendant l'éventuel parachutage de...Tiger Woods. Mais ce n'est pas pour demain. Le " Tigre " n'a que 44 ans...