Caractéristiques

Un tracker ou ETF (exchange-traded fund) est un fonds coté en Bourse qui reproduit les performances d'un panier d'actifs, un indice boursier par exemple. Le rendement n'est pas tout à fait conforme à celui de l'indice. L'amplitude de la différence dépend notamment de la négociabilité des actifs et des choix du gestionnaire qui réinvestit les dividendes des entreprises. Les trackers se négocient en Bourse, comme les actions. L'investisseur peut, d'un simple clic, se constituer un portefeuille diversifié d'actions ou d'obligations.
...

Un tracker ou ETF (exchange-traded fund) est un fonds coté en Bourse qui reproduit les performances d'un panier d'actifs, un indice boursier par exemple. Le rendement n'est pas tout à fait conforme à celui de l'indice. L'amplitude de la différence dépend notamment de la négociabilité des actifs et des choix du gestionnaire qui réinvestit les dividendes des entreprises. Les trackers se négocient en Bourse, comme les actions. L'investisseur peut, d'un simple clic, se constituer un portefeuille diversifié d'actions ou d'obligations. Il existe aujourd'hui toutes sortes de trackers " intelligents " sur le marché. Les fonds indiciels cotés qui investissent dans les actions de dividende constituent une alternative aux actions de dividende individuelles. L'indice MSCI Europe High Dividend Yield en est un bel exemple. Cet indice intelligent screene les actions d'après le ratio de distribution (le pourcentage de bénéfices distribué), le bilan et le rendement sur avoirs propres pour s'assurer de la durabilité et de la stabilité du dividende. Autre exemple, le tracker SPDR S&P Euro High Yield Dividend Aristocrats qui suit les performances des entreprises ayant distribué un dividende stable ou croissant pendant 10 ans au moins. Un tracker ne doit pas nécessairement acheter les actifs dont il réplique le rendement. Le gestionnaire d'un tracker synthétique signe un swap avec un tiers, une banque, qui assure le rendement en échange d'une indemnité. L'investisseur court de ce fait un risque supplémentaire : celui de contrepartie. Les parties versent toutefois une garantie sur le compte d'une partie indépendante pour le limiter. Les frais de transaction des trackers et des actions sont similaires. Il n'y a pas de frais d'entrée et les frais de gestion sont nettement inférieurs à ceux des fonds d'investissement classiques. Les frais des trackers obligataires et des autres trackers d'actifs moins liquides peuvent être plus élevés. Une taxe boursière frappe chaque opération d'achat et de vente d'un tracker ou ETF. Pour ceux non enregistrés en Belgique mais dans l'Espace économique européen (EEE), le tarif est de 0,12% avec un plafond de 1.300 euros par transaction. Pour ceux enregistrés en Belgique, le tarif diffère selon qu'il s'agisse d'ETF avec versement de dividende (0,12%) ou sans versement (1,32%, avec un plafond de 4.000 euros). Pour les ETF enregistrés ni en Belgique ni dans l'EEE, une taxe de 0,35% est due sur les opérations boursières avec un plafond de 1.600 euros. La plus-value sur un tracker est exempte de taxe, sauf si 10% ou plus des investissements sont constitués d'obligations ou d'autres actifs, considérés comme une dette par le fisc. Dans ce cas, un précompte mobilier de 30% est dû sur la plus-value de la partie à rendement fixe. Il est plus que probable que les marchés actionnaires connaîtront quelques turbulences au cours des prochaines années. Les trackers sont alors l'instrument idéal pour intervenir rapidement, à l'achat ou à la vente. Les rendements des trackers d'actions devraient s'approcher de ceux des actions " Investissez massivement dans un fonds indiciel S&P500 à faibles coûts. C'est presque toujours la meilleure stratégie, selon moi. Si le rendement atteint 7 ou 8 % et les frais ne dépassent pas 1 %, cela fait une énorme différence en matière de capital constitué." Warren Buffett, patron du holding américain Berkshire Hataway