Une foire d'art, c'est aussi forcément des statistiques. Dans le cas qui nous occupe, cela signifie 157 participants et 148 galeries représentant 32 pays, et 800 artistes dont 90% sont encore bel et bien vivants, un tiers d'entre eux étant âgés de moins de 40 ans. Mais le plus fameux d'entre tous reste sans doute l'Anglais David Hockney, né en 1937, figure issue de l'Angleterre turbulente des années 1960 et reconnue...

Une foire d'art, c'est aussi forcément des statistiques. Dans le cas qui nous occupe, cela signifie 157 participants et 148 galeries représentant 32 pays, et 800 artistes dont 90% sont encore bel et bien vivants, un tiers d'entre eux étant âgés de moins de 40 ans. Mais le plus fameux d'entre tous reste sans doute l'Anglais David Hockney, né en 1937, figure issue de l'Angleterre turbulente des années 1960 et reconnue pour son sens poétique projeté dans l'hyperréalisme volontiers glamour. Le peintre est représenté par la Galerie Lelong & Co., qui appartient à ce que Art Brussels appelle la catégorie Prime. C'est-à-dire des quasi-institutions du marché international, comme par exemple la Blain/Southern londonienne, l'Almine Rech installée à Paris, Bruxelles, Londres et New York, mais aussi la Tim Van Laere Gallery qui vient d'ouvrir un impressionnant nouvel espace à Anvers. L'autre catégorie, baptisée Invited, se démarque par un sens plus nomade de la présentation, à l'image du Ballon Rouge Collective qui ne cesse de déménager le travail de ses artistes émergents, Merve Iseri et Philip Janssens, d'Istanbul à Sao Paulo, en passant par les points de vente majeurs dont Bruxelles se targue de faire désormais partie derrière le leadership anglo-saxon. Une démarche qui implique de sortir non seulement des formats habituels d'exposition mais aussi d'impressionner par la facture des oeuvres, notamment la sculpture-vidéo immersive d'Emmanuel Van der Auwera (1982). Ce Bruxellois questionne la société via un mix intensément technologique, inventant des protocoles visuels. Une orientation qui peut également définir l'autre secteur de la foire que sont les performances, avec le relent d'une expérimentation un rien vintage. Ainsi, celle de la Suissesse Anne Rochat qui va littéralement coller son corps dénudé à un bloc de glace afin d'y créer une empreinte. Pas sûr, ceci dit, que cette impression hors norme puisse être vendue aux amateurs d'art, y compris ceux disposant d'un grand surgélateur.