La justice se pose des questions et soupçonne Jean-Pierre Van Rossem de mener une double vie. Officiellement, l'ancien gourou boursier déclare être sans le sou. Le parquet toutefois n'en croit rien et poursuit le septuagénaire pour blanchiment et fraude fiscale. En 2010, une...

La justice se pose des questions et soupçonne Jean-Pierre Van Rossem de mener une double vie. Officiellement, l'ancien gourou boursier déclare être sans le sou. Le parquet toutefois n'en croit rien et poursuit le septuagénaire pour blanchiment et fraude fiscale. En 2010, une déclaration de transaction suspecte sur le compte de sa compagne de l'époque lui a en effet mis la puce à l'oreille. Le compte de cette dernière était régulièrement alimenté en cash mais toujours en petites coupures afin de rester sous le radar. Les écoutes téléphoniques menées dans ce contexte se sont révélées fructueuses. Les enquêteurs découvrirent ainsi que, d'hôtels de luxe en palaces, le couple sillonnait l'Europe et avait une prédilection pour les bijouteries et les restaurants de prix. Pour quelqu'un qui doit toujours 20 millions d'euros au fisc et affirme vivre d'une " pension misérable " - Van Rossem a été un temps, parlementaire -, cela faisait tout de même beaucoup. Plus étrange encore : après la rupture avec son amie russe, c'est le compte de sa nouvelle compagne qui se trouvait crédité d'étrange manière. Selon le parquet, cet argent proviendrait de fonds cachés en Suisse, ce que Van Rossem aurait avoué à demi-mot dans une interview accordée naguère à Humo. Des " vantardises ", selon son avocat. La réponse, peut-être, devant le tribunal correctionnel ce 28 septembre...