Vendre des moules au noir peut rapporter gros. Entre 2004 et 2013, Philip Calleeuw, alors maître incontesté de l'horeca brugeois, avait appliqué la règle des 80/20 en ne déclarant que 80% de se...

Vendre des moules au noir peut rapporter gros. Entre 2004 et 2013, Philip Calleeuw, alors maître incontesté de l'horeca brugeois, avait appliqué la règle des 80/20 en ne déclarant que 80% de ses recettes. Il aurait de la sorte éludé en impôts et TVA près de 19 millions d'euros ! C'était indispensable pour rester rentable, avait-il alors plaidé. Difficile à croire par les enquêteurs qui, lors d'une perquisition à son domicile, avaient découvert 80.000 euros en cash ainsi qu'une collection de 400 sacs à main, dont une centaine griffés de grands noms comme Gucci ou Dior. Lourdement condamné au début de l'année dernière, Philip Calleeuw a perdu dans l'aventure son château, sa villa en Espagne, ses six restaurants et l'hôtel qu'il exploitait. Aujourd'hui, l'ex-roi de la restauration vit toujours en Espagne où il travaille, selon ses dires, en cuisine pour moins de 1.000 euros par mois. Il espère obtenir en appel une réduction de peine. Jugement le 6 mars.