Pas moins de quatre propositions pour le Musée d'art de la province du Hainaut, au centre de Charleroi, qu'on peut à nouveau visiter depuis le 19 mai. Parmi elles, on note le travail de l'artiste d'origine marocaine Latifa Echakhch (1974) qui, pour l'occasion, déploie une rétroprospective dans l'espace de la gr...

Pas moins de quatre propositions pour le Musée d'art de la province du Hainaut, au centre de Charleroi, qu'on peut à nouveau visiter depuis le 19 mai. Parmi elles, on note le travail de l'artiste d'origine marocaine Latifa Echakhch (1974) qui, pour l'occasion, déploie une rétroprospective dans l'espace de la grande halle. Une " déambulation spécifique à travers des décors déclassés, à moitié suspendus, comme autant de traces et de vestiges d'une action qui a eu lieu ". A voir également, la série de collages réalisée par le Carolo Laurent Molet (1979), qui montre aussi comment évolue sa pratique de l'art au cutter via une série évolutive. Avec une énergie toujours palpable, ce créateur local étant aussi fan de heavy metal, baptisant d'ailleurs son expo du titre " Master Of Puppets ", célébrissime album de Metallica. Là comme ailleurs, c'est le système de réservation à l'avance et de billetterie en ligne qui prime. Le directeur du BPS22, Pierre-Olivier Rollin, attend aussi la possibilité de rouvrir la cafétéria et d'organiser à nouveau des visites en (petits) groupes. Des nouvelles probables d'ici juin : " Les pronostics sont difficiles ! Est-ce que le public va revenir rapidement au BPS22 ? La situation est inconnue, on est dans le brouillard. Je pense que les gens ont pris des habitudes autour de leur maison et il se peut qu'on ait plus de monde en juillet-août que dans les toutes prochaines semaines. Même si, avec cette crise, on a compris que l'on était des êtres charnels et pas seulement virtuels ".