Elle a failli devenir le fiasco du siècle. Et pourtant, quelques années après avoir frôlé les abysses face à des smartphones de plus en plus séduisants, la montre connectée refait surface. Vieux fantasme, elle appartient à la grande famille des wearables, ces objets communicants que l'on porte sur soi. Si elle cristallise une attente historique, celle de l'objet de télécommunication universel vissé au poignet - Dick Tracy combattait dès 1946 les vilains grâce à sa montre radio -, son avenir paraît de plus en plus riche, agréable et utile. On peut en effet désormais payer ses achats avec sa Samsung Gear ou passer des appels avec son Apple Watch. Mais la motivation première des consommateurs pour acquérir ce type de produit réside dans toutes les fonctionnalités tournant autour du sport, du bien-être et de la santé.
...