"Johnny, que je fréquentais déjà depuis quelques décennies, s'est mis à m'engueuler parce que j'avais pris une photo de lui devant sa maison qu'il ne voulait pas être reconnaissable. Ce qui n'était absolument pas le cas". Depuis quasi un dem...

"Johnny, que je fréquentais déjà depuis quelques décennies, s'est mis à m'engueuler parce que j'avais pris une photo de lui devant sa maison qu'il ne voulait pas être reconnaissable. Ce qui n'était absolument pas le cas". Depuis quasi un demi-siècle, le Français Claude Gassian (1949) fait office de photographe musical tout- terrain. De Johnny Hallyday à Jean-Jacques Goldman auquel il a consacré deux livres, Gassian a tissé des relations autant visuelles qu'amicales, introduisant toujours dans son travail de l'empathie, traduite par un regard acéré mais jamais cruel ou vulgaire. Photoreporter, auteur d'une quinzaine d'ouvrages, il est aussi l'un des rares non-Anglo-Saxons à avoir décroché la confiance de Prince, suivi dans des circonstances nocturnes très persos, et des Rolling Stones. De la bande à Mick Jagger, il donne une vision quasi humaniste, personnelle, jamais noyée de glamour tapageur. Soit de beaux récits de concerts, coulisses ou moments singuliers, loin de l'actuelle "communication" iconographique qui semble désormais prévaloir dans les cercles de Stromae, Angèle & Cie. Question d'époque évidemment.