Une des mesures phares annoncées par le nouveau gouvernement flamand est sans conteste l'introduction d'un bonus job destiné à réduire le piège à l'emploi qui, depuis longtemps, décourage toute participation au travail pour les bas revenus. Pour ceux qui gagnent moins de 1.700 euros, le gain serait d'environ 600 euros nets sur base annuelle.
...

Une des mesures phares annoncées par le nouveau gouvernement flamand est sans conteste l'introduction d'un bonus job destiné à réduire le piège à l'emploi qui, depuis longtemps, décourage toute participation au travail pour les bas revenus. Pour ceux qui gagnent moins de 1.700 euros, le gain serait d'environ 600 euros nets sur base annuelle. La mesure devrait coûter entre 500 et 600 millions d'euros, mais promis, juré, il n'y aura pas de nouveaux impôts. Tout au plus y aura-t-il la suppression du woonbonus, une réduction d'impôt qui court aussi longtemps que le crédit hypothécaire contracté, et un rabotage de l'avantage fiscal dont bénéficient les titres-services. En échange, les droits d'enregistrement seront abaissés de 7% à 6%. Au niveau enseignement, des professeurs pourront venir du privé tout en conservant l'ancienneté qu'ils y avaient acquise et, au niveau supérieur, une épreuve d'oriention sera introduite. Côté environnement, la Flandre a mitonné un bouwshift qui doit lui restituer à l'horizon 2030, 10.000 ha de bois et 20.000 ha de zones naturelles. Lors de cette mutation, les droits des propriétaires de terrains actuellement constructibles seront respectés. Ce qui semble moins être le cas lorsque des particuliers intenteront une action contre des grands travaux qui leur porteront préjudice : " L'intérêt public doit primer ", estime le nouveau ministre-président. Au niveau sociétal, la Flandre renonce, pour les élections communales, au vote obligatoire ainsi qu'à la case de tête dont le rôle dévolutif est régulièrement critiqué. Désormais, seules compteront les voix de préférence, ce qui pourrait induire une modification dans le comportement de certains élus, d'autant que, comme en Wallonie, celui qui aura recueilli le plus de voix sur la liste gagnante deviendra automatiquement bourgmestre.