Natacha Belova (1969) est née en Russie et travaille en Belgique depuis 1995. Cette brune aux yeux perçants se fait remarquer depuis deux décennies au moins par son art spécifique de la marionnette. Dans un domaine que l'on croit encore trop souvent réservé aux enfants ou au registre humoristique, l'artiste originaire de Toula, capitale du samovar...

Natacha Belova (1969) est née en Russie et travaille en Belgique depuis 1995. Cette brune aux yeux perçants se fait remarquer depuis deux décennies au moins par son art spécifique de la marionnette. Dans un domaine que l'on croit encore trop souvent réservé aux enfants ou au registre humoristique, l'artiste originaire de Toula, capitale du samovar, a établi son propre style. Autodidacte en matière de marionnette, ayant étudié l'histoire et la philosophie, Belova est aussi une expérimentatrice. Dans la confection de ses personnages, elle mêle différentes techniques et matières comme des tissus, du latex et d'autres composants synthétiques. D'où des marionnettes un peu effrayantes mais toujours dotées d'un grain d'humanité qui les préserve de la monstruosité intégrale. On se souvient de sa collaboration avec le fantasque écrivain et cinéaste Alejandro Jodorowsky dans L'école des ventriloques, moment saisissant créé à La Balsamine en 2008. Le nouveau spectacle présenté à Bruxelles et Louvain-la-Neuve, Loco, s'inspire librement d'une oeuvre de Nikolaï Gogol parue en 1835, Le Journal d'un fou. La saga d'un petit fonctionnaire menant une morne vie qui, pour l'amour de la fille de son directeur, s'invente une autre identité, celle de Ferdinand VIII, roi d'Espagne. Il en résultera une course délirante qui finira, pour le principal concerné, à l'asile. Pour ce spectacle de 90 minutes rassemblant deux comédiennes et une marionnette, Natacha Belova partage la mise en scène et la dramaturgie avec Tita Iacobelli. Tandem déjà complice pour Tchaïka, meilleur seul en scène aux Prix Maeterlinck 2019.