Les Bourses ont connu un début de semaine agité dans le sillage des déboires d'Evergrande. Le géant chinois est au bord du gouffre financier. Il a épuisé sa trésorerie alors qu'il doit verser 83,5 millions de dollars d'intérêts sur une obligation ce jeudi. Ayant déjà des arriérés de paiement envers ses fournisseurs, clients et employés, Evergrande a tenté de rembourser...

Les Bourses ont connu un début de semaine agité dans le sillage des déboires d'Evergrande. Le géant chinois est au bord du gouffre financier. Il a épuisé sa trésorerie alors qu'il doit verser 83,5 millions de dollars d'intérêts sur une obligation ce jeudi. Ayant déjà des arriérés de paiement envers ses fournisseurs, clients et employés, Evergrande a tenté de rembourser ses créanciers en nature (terrains, places de parking, etc.). Cela ressemble toutefois à une tentative désespérée tant les échéances vont se succéder pour un conglomérat ayant près de 260 milliards d'euros de dettes. Autres chiffres accablants, Evergrande représente à lui seul 16% du marché des obligations à haut rendement en Chine et emploie 200.000 personnes. Au total, il génère 3,8 millions d'emplois à travers ses différentes activités dans l'assurance, la santé, le numérique et surtout la promotion immobilière. Cette dernière l'a enfoncé ces derniers mois, les autorités chinoises ayant multiplié les mesures pour freiner le marché immobilier. Aujourd'hui, Evergrande se retrouve endetté et n'a plus les moyens de finir 1,4 million de logements en cours de construction selon les estimations. Les difficultés du conglomérat, considéré comme systémique par la banque centrale chinoise, se reflètent déjà sur l'ensemble des promoteurs immobiliers et des émetteurs d'obligations à haut rendement en Chine. Un jeu de domino qui rappelle aux investisseursle mauvais scénario de Lehman Brothers. A l'heure actuelle, nul n'imagine que Pékin puisse laisser tomber le conglomérat. Cependant, Xi Jinping est contraint à un jeu d'équilibriste pour maintenir la stabilité financière du pays, menacée tant par la surchauffe du marché immobilier que les mesures de refroidissement plombant les promoteurs.