" Il a amputé ma recette hebdomadaire de 1.000 euros et ne veut même pas répondre au téléphone ", enrage Dominik Brouwers, patron du KokOvin, un restaurant de qualité lové dans une villa un peu à l'ext...

" Il a amputé ma recette hebdomadaire de 1.000 euros et ne veut même pas répondre au téléphone ", enrage Dominik Brouwers, patron du KokOvin, un restaurant de qualité lové dans une villa un peu à l'extérieur de Saint-Nicolas qui, emporté par sa colère, a posté sur Facebook deux photos de tables vides accompagnées d'un commentaire mentionnant à la fois le nom et le numéro de téléphone de la personne qui avait réservé pour 10 convives, dont aucun ne s'est manifesté. Organisant régulièrement des private diners pour 10 à 12 personnes, Dominik Brouwers ne s'était pas méfié. " En plus, c'était un samedi, jour d'affluence. Et je n'ai que 30 couverts ! En semaine, le manque à gagner aurait été moins grand ", fulmine-il. Ainsi se trouve une nouvelle fois posée la question des réservations non honorées, un phénomène qui semble en augmentation. Horeca Vlaanderen suggère de réclamer un acompte, " mais cela n'est possible que dans les très grands établissements, pas chez moi ", regrette Dominik Brouwers.