L'industrie mondiale du golf est en plein boom. Le confinement a suscité de nombreuses vocations avec, à la clé, une augmentation du nombre d'affiliés sur tous les continents. Le sport de St.Andrews réunit, il est vrai, de nombreux atouts. Il s'adresse à toutes les tranches d'âge et se pratique en plein air, avec distanciation sociale naturelle, dans un environnement bucolique. "L'été dernier, de nombreux joueurs ont cédé à la tentation. Et ils ont souvent entraîné avec eux toute leur famille", résume Cédric de Woot, market manager de la fi...

L'industrie mondiale du golf est en plein boom. Le confinement a suscité de nombreuses vocations avec, à la clé, une augmentation du nombre d'affiliés sur tous les continents. Le sport de St.Andrews réunit, il est vrai, de nombreux atouts. Il s'adresse à toutes les tranches d'âge et se pratique en plein air, avec distanciation sociale naturelle, dans un environnement bucolique. "L'été dernier, de nombreux joueurs ont cédé à la tentation. Et ils ont souvent entraîné avec eux toute leur famille", résume Cédric de Woot, market manager de la firme Callaway pour la Belgique et la France. Touchées au printemps par le lockdown, les grandes marques de matériel sont aujourd'hui quasiment en rupture de stock tant la demande est grande. "La Fédération belge a dépassé les 70.000 licenciés. A ce rythme, le cap des 100.000 pourrait être atteint bien plus vite qu'espéré..." Et le phénomène pourrait s'amplifier dans les prochaines années avec l'émergence d'infrastructures golfiques révolutionnaires. La récente fusion à deux milliards de dollars entre Callaway et Topgolf Entertainment est, à ce titre, révélatrice. "Topgolf a été créé au Texas à la fin des années 1990 par deux Anglais visionnaires qui ont conçu des infrastructures ludiques grand public où le golf plaisir est décliné à tous les modes", poursuit Cédric de Woot. Et le concept fait un tabac. Aux Etats-Unis, bien sûr, mais aussi en Australie, à Dubaï et en Grande-Bretagne. En 2020, les 63 centres ont accueilli plus de 20 millions de visiteurs, dont une bonne moitié de non-golfeurs, généralement de jeunes adultes. "L'idée est d'aller sur ces sites comme on va au bowling pour taper des balles sur des cibles, pour défier les copains lors de concours de précision, bref pour s'amuser. Pas besoin d'avoir un handicap! Autour de ces practices illuminés et dotés des dernières technologies, on boit, on mange, on assiste à des concerts. C'est le mariage parfait entre le golf et le loisir..." Grâce à cette fusion riche de sens, Callaway - qui est cotée à Wall Street - va non seulement implanter ses produits (clubs, balles, etc.) sur les sites mais également aller à la rencontre de nouveaux joueurs potentiels. Le win-win est garanti. D'autant que Topgolf a aussi déposé dans la corbeille des mariés la marque Toptracer, un outil technologique qui permet à un joueur d'obtenir en temps réel, sur ses écrans, un maximum d'infos sur ses coups (distance, précision, trajectoire, etc.). En Belgique, les clubs de Louvain-la-Neuve, du Haras et de Drie Eycken le proposent déjà sur leurs practices. Bref, le "golf nouveau" est en train de débarquer. Il se jouera toujours, bien sûr, sur les fairways classiques mais il se conjuguera aussi en mode fun et technologique.