Il joue sur un guarnerius de 1737 prêté par la Banque BSI qui l'avait acheté en 2005 pour 10 millions de dollars. Renaud Capuçon, né en Savoie en 1976, n'est pas seulement fameux pour jouer sur un violon ayant été pendant un demi-siècle...

Il joue sur un guarnerius de 1737 prêté par la Banque BSI qui l'avait acheté en 2005 pour 10 millions de dollars. Renaud Capuçon, né en Savoie en 1976, n'est pas seulement fameux pour jouer sur un violon ayant été pendant un demi-siècle dans les mains d'Isaac Stern, on le sait aussi tenace et brahmsomaniaque. Sa venue bruxelloise en septembre se fait en deux étapes. Le 12 septembre, Renaud Capuçon se produit en trio avec le violoncelliste Edgar Moreau, étoile montante, et le pianiste Denis Kozhukhin, artiste en résidence à Flagey. Le répertoire ? Deux sonates et un trio de Debussy, plus une pièce de Maurice Ravel. Autre configuration le 14 septembre, lorsque le violoniste français s'allie au Brussels Philharmonic et au Vlaams Radio Koor our deux musiques de Ralph Vaughan Williams et Guillaume Connesson, suivi du Sacre du printemps, de Stravinsky. Sous la direction du chef Stéphane Denève, Renaud Capuçon s'accapare de ce qui est originellement un ballet de 1913 pour rendre ce qui, selon les termes de Stravinsky, fut " un grand rite sacral païen ". A noter qu'un pass à 65 euros permet d'accéder aux deux prestations.