Le jeu sur un links est très particulier. Le parcours du Royal Portrush n'est pas très long (par 71 de 6.700 m) mais il recèle tous les pièges habituels des championship courses centenaires : de profonds bunkers, un rough épais, des greens ondulés. Si le vent est de la partie - ce qui est habituel dans ce coin de l'Irlande du Nord - le défi s'annonce redoutable et devrait avantager les joueurs d'expérience et précis. Sur le papier, ce genre de links n'est pas idéal pour l'Américain Brooks Koepka. Mais le n°1 mondial a, ces dernières années, largement étoffé son registre. A ses drives monstrueux, il ajoute désormais un petit jeu très complet. Remporter le British Open serait, pour lui, la consécration suprême. Aux yeux des bookmakers, le n°1 mondial fait en tout cas partie des principaux favoris avec Rory McIlroy, Dustin Johnson, Justin Rose, Francesco Molinari et Tiger Woods. Côté belge, seul Thomas Pieters est, pour l'heure, qualifié pour le tournoi. Thomas Detry et Nicolas Colsaerts ont encore une chance de le rejoindre s'ils signent une belle performance, cette semaine, à l'Open d'Ecosse.