Une forme certaine de préciosité et de grandeur vocale, un physique discipliné comme surgissant pomponné d'il y a trois ou quatre siècles, l'amour des costumes anciens... Le Belge Dominique Corbiau est à l...

Une forme certaine de préciosité et de grandeur vocale, un physique discipliné comme surgissant pomponné d'il y a trois ou quatre siècles, l'amour des costumes anciens... Le Belge Dominique Corbiau est à la fois un contre-ténor reconnu pour son chant émérite et une sorte d'" ovpi ", objet vocal peu identifié, comme s'il avait été largué d'une autre planète malgré des lettres de noblesse bien terrestres : trois premiers prix au Conservatoire de Mons et puis un autre à Bruxelles au début des années 2000. Quant à son actu, elle s'inscrit clairement dans le présent avec ce spectacle au titre pourtant un rien tirebouchonné : Christine de Suède ou Les Arcades équivoques. Equivalent opératique d'une série Netflix où religion, sexe et désir s'entrecroisent, ce mélodrame collectif avec des airs de castrat et de préciosité nous emmène dans une fin 17e qui, au-delà des formes, ne cesse de rappeler les complexités d'aujourd'hui.