Il est devenu courant qu'un restaurateur étoilé ouvre une seconde adresse plus démocratique du point de vue du prix. Bruno Oger ajoute ainsi à sa Villa Archange le Bistrot des Anges. Dans une poche de verdure, en contrebas de la maison mère, un bistrot soigné de la terrasse ombragé...

Il est devenu courant qu'un restaurateur étoilé ouvre une seconde adresse plus démocratique du point de vue du prix. Bruno Oger ajoute ainsi à sa Villa Archange le Bistrot des Anges. Dans une poche de verdure, en contrebas de la maison mère, un bistrot soigné de la terrasse ombragée à la salle, chic et animé sans outrance, garantit un vrai repas (Bib gourmand au Michelin et 13/20 au Gault & Millau). La carte revisite le terroir et les papilles ne s'ennuient jamais. Séquence régionale avec une pissaladière à l'anchois, calamars grillés. Cette recette d'origine niçoise fait la part belle aux oignons et anchois dans un ensemble onctueux et fondant. La pâte craque un peu et les beaux morceaux de calamar ont la texture voulue. Autre alternative avec un risotto moelleux de gambas aux légumes verts (petits pois, fèves des marais et herbes fraîches), sauce armoricaine savoureusement nuancée. Clin d'oeil à la " grande bleue " pour un excellent filet de loup à la plancha dressé sur des légumes grillés (courgettes jaunes et vertes) et une ratatouille soulignée de pesto. Idéalement saisie sur la peau, la poitrine de canard se conjugue à l'orange (zestes et filaments confits) sur une sauce de grand professionnel. Aguichant chariot de desserts. Lunch à 27,50 euros (plat, dessert, un verre de vin et café). Menus de trois et cinq services à 33, 43 et 58 euros.