L'histoire débute en 1996 lorsque Laurent Dumont fonde à Gastuche un atelier sans magasin qui fournit restaurants et traiteurs en pâtisserie fine. Un quart de siècle plus tard, ce sont trois magasins (Grez-Doiceau, Ottignies et Wavre) qui régalent les Brabançons sans oublier également les marchés de Boitsfort, de Stockel et Wavre. Le premier magasin ouvre à Grez-Doiceau en 2003, le deuxième au sein du centre commercial du Douaire à Ottignies en 200...

L'histoire débute en 1996 lorsque Laurent Dumont fonde à Gastuche un atelier sans magasin qui fournit restaurants et traiteurs en pâtisserie fine. Un quart de siècle plus tard, ce sont trois magasins (Grez-Doiceau, Ottignies et Wavre) qui régalent les Brabançons sans oublier également les marchés de Boitsfort, de Stockel et Wavre. Le premier magasin ouvre à Grez-Doiceau en 2003, le deuxième au sein du centre commercial du Douaire à Ottignies en 2009 et le troisième en 2015 dans le zoning nord de Wavre. C'est également là que se situe le nouvel atelier de 850 m2 qui a permis de poursuivre la croissance qui n'a pas ralenti entre 2015 et 2019 avec une marge brute qui a quasiment doublé, de 1 million à 1,8 million d'euros. "Cette progression reflète une tendance de fond qui peut se résumer en trois axes, explique Olivier Peeters, gérant de Laurent Dumont. D'abord, la qualité des produits. C'est primordial: vous pouvez proposer ce que vous voulez, si vous n'avez pas des produits de qualité, ce n'est pas la peine. Ensuite, une production artisanale. Cela n'exclut pas l'usage d'une machine mais à la condition qu'elle fasse au moins aussi bien que l'homme. Pour le pétrin, pas de problème, mais nous n'allons pas par exemple utiliser de "bouleuses". Nous boulons nos pains à la main. Enfin, la provenance des produits. Nous achetons de plus en plus localement nos matières premières (95% proviennent de Belgique) et respectons les saisons. Vous n'aurez pas de tartelettes aux fraises en hiver mais bien des tartes aux pommes ou des gâteaux aux poires. On peut également ajouter que nous maîtrisons l'ensemble de la chaîne de production." A l'arrivée, Laurent Dumont propose quelque 250 références et emploie 38 personnes dont une vingtaine à l'atelier qui tourne sept jours sur sept. L'année dernière a également impacté l'entreprise. "De quelques pour cent, tempère Olivier Peeters. Les habitudes alimentaires ont évolué, nous avons dû nous adapter. Nous avons ainsi lancé notre webshop, un service de livraison à domicile le dimanche et proposé des portions individuelles plutôt que des gâteaux pour 20 personnes.""Notre croissance se développe selon trois axes: la qualité, l'artisanat et l'approvisionnement local." OLIVIER PEETERS (Laurent Dumont)