Selon le dernier Baromètre des terres agricoles de la Fédération du notariat (Fednot) couvrant le premier semestre de 2021, le prix moyen d'un hectare en Belgique est désormais de 53.760 euros, soit une hausse de 10,3%, la plus forte de ces cinq dernières années. Une augmentation plus marquée en Flandre (10,7%) qu'en Wallonie (8%). Auj...

Selon le dernier Baromètre des terres agricoles de la Fédération du notariat (Fednot) couvrant le premier semestre de 2021, le prix moyen d'un hectare en Belgique est désormais de 53.760 euros, soit une hausse de 10,3%, la plus forte de ces cinq dernières années. Une augmentation plus marquée en Flandre (10,7%) qu'en Wallonie (8%). Aujourd'hui, il faut débourser en moyenne 25.800 euros en plus pour acheter une terre agricole en Flandre qu'en Wallonie. Un différentiel qui n'a de cesse de se creuser. Sur ces cinq dernières années, la hausse du prix moyen à l'hectare est de 33,9%. En tenant compte de l'inflation, le prix moyen a augmenté de 27,2% en Flandre et de 21% en Wallonie. Selon le notaire Renaud Grégoire, le porte-parole de Fednot, cette hausse constante s'explique par la faiblesse des taux d'intérêt, la rareté des biens mis sur le marché et la forte augmentation du prix des matières premières. Comme dans l'immobilier classique, la situation des biens influe fortement sur les prix. D'abord au niveau juridique: un bien libre de bail à ferme est bien plus cher. Ensuite, d'un point de vue géographique: la valeur d'une terre dépend de la qualité du sol et du type de culture qu'elle peut produire. Ainsi, un prix moyen n'est jamais qu'une indication tant les disparités sont énormes. En Wallonie, ce prix moyen à l'hectare varie désormais de 33.461 euros dans la province de Liège (la plus faible progression sur cinq ans: 10,1%) à 47.770 dans le Brabant wallon. C'est à Namur que la progression est la plus forte sur cinq ans: +45,9% à 40.776 euros. Quant à la taille moyenne de la parcelle vendue, elle ne bouge que très peu et reste aux alentours d'1,1 hectare.