En 2014, une première édition de Retrorama s'installait au Palais 10 du Heysel, y attirant 11.000 spectateurs séduits par l'univers des années 1950 et suivantes. L'ASBL Chamo, qui présidait à la manifestation, est par ailleurs organisatrice du Brussels Vintage Market qui se tient tous les premiers dimanches du mois aux Halles Saint-Géry. Elle s'était laissé convaincre par son partenaire, Brussels Expo, de voir ...

En 2014, une première édition de Retrorama s'installait au Palais 10 du Heysel, y attirant 11.000 spectateurs séduits par l'univers des années 1950 et suivantes. L'ASBL Chamo, qui présidait à la manifestation, est par ailleurs organisatrice du Brussels Vintage Market qui se tient tous les premiers dimanches du mois aux Halles Saint-Géry. Elle s'était laissé convaincre par son partenaire, Brussels Expo, de voir plus grand pour la deuxième édition qui, en 2015, s'est donc étalée sur quatre jours au lieu de trois et 15.000 m2 au lieu de 6.000, avec un copieux programme musical en partie installé à l'extérieur. Hélas, le résultat fut, au final, comme la météo de cette édition : maussade. Malgré ses 13.000 visiteurs, Retrorama 2015 se révéla un échec commercial. Il aura fallu quatre années d'absence et la séparation de Brussels Expo pour que les initiateurs de l'événement relancent leurs billes vintage, en déménageant vers Tour & Taxis et avec le désir d'éviter tout gigantisme. Résultat : une surface comparable à celle de la première édition et une septantaine d'exposants. Morgan Laloux, co-organisatrice, en précise l'esprit : " Le vintage a évolué dans le sens où les années 1990 sont entrées dans le jeu, donc il y a effectivement une partie plus pop, plus urbaine, qui se rajoute. Notamment avec ce que l'on appelle le néo-rétro, c'est-à-dire des créations contemporaines qui s'inspirent des modes passées, particulièrement en matière de décoration et d'accessoires ". Pratiquement, Retrorama propose un vaste panel, allant des bagnoles chromées américaines d'antan - impressionnants paquebots sur roues - aux juke-box en passant par les fringues, les disques vinyles, les catalogues, les pubs, les journaux et les flippers. Sans oublier toute la partie vivante du festival, incluant barbiers, beauty corner, maquilleurs, ainsi que des shows burlesques, des crooners, des défilés de mode et des ateliers. De quoi sustenter tout appétit vintage jusqu'à la prochaine édition.