Attention, ceci n'est pas un bonbon ! A mi-chemin entre cuberdon et pâte de fruits, Cuppersun est la nouvelle confiserie made in Belgium dont l'objectif est de réveiller les papilles des consommateurs, tout en préservant leur santé. Imaginée par deux frères, Thibault et Gauthier de Ghellinck, cette friandise est dépourvue d'arômes, de colorants, de gélatines d'origine animale et d'additifs de synthèse. Un produit naturel, donc. " Je voulais créer un produit qui offre un moment de plais...

Attention, ceci n'est pas un bonbon ! A mi-chemin entre cuberdon et pâte de fruits, Cuppersun est la nouvelle confiserie made in Belgium dont l'objectif est de réveiller les papilles des consommateurs, tout en préservant leur santé. Imaginée par deux frères, Thibault et Gauthier de Ghellinck, cette friandise est dépourvue d'arômes, de colorants, de gélatines d'origine animale et d'additifs de synthèse. Un produit naturel, donc. " Je voulais créer un produit qui offre un moment de plaisir, explique Thibault de Ghellinck. Un produit sain et savoureux qu'on ne craint pas de donner à ses enfants. Or, un tel produit était rare, voire impossible à trouver dans le commerce. J'ai donc décidé de me lancer moi-même dans la création d'une recette, tout en sachant qu'on ne s'improvise pas confiseur du jour au lendemain. " Après des centaines d'heures de travail et d'essais infructueux, Thibault de Ghellinck trouve enfin le Graal : une friandise réalisée à base de jus de fruits cristallisé et " dans laquelle le sucre naturel des fruits permet de maintenir au minimum la quantité de sucre ajouté ". Longtemps considéré comme irréalisable par les confiseurs chevronnés, le Cuppersun occupe désormais une place sur un marché de niche : celui de la " fruit'andise ". " Il était absolument nécessaire pour nous de pouvoir trouver un créneau afin d'exister ", explique son frère Gauthier, responsable du développement. Outre un positionnement réfléchi, Cuppersun se veut écologiquement et économiquement responsable, en travaillant notamment selon les saisons et avec des fournisseurs de proximité : " Si pour une raison ou une autre, les récoltes d'un fruit devaient être exécrables, on ne prendrait pas le risque d'acheter notre matière première trois fois plus cher ni de répercuter cette hausse sur nos produits. Nous nous concentrerions alors sur d'autres fruits, plus en abondance, mais toujours de saison. Notre recette est au point. Elle peut s'appliquer à différents fruits ", confie Gauthier de Ghellinck. Après sa création en avril passé et la commercialisation des " fruit'andises " en décembre, l'équipe Cuppersun entend développer l'affaire et la faire connaître. La prospection est devenue l'objectif principal des frères de Ghellinck. Cibles privilégiées ? Les épiceries fines, boulangeries et magasins proposant des produits naturels. A ce jour, 26 points de vente commercialisent les deux recettes (pomme et cerise) de Cuppersun. AUGUSTIN LIPPENS