De Ségolène Royal à Martine Aubry, en passant par François Hollande ou Emmanuel Valls, tous se voulaient " réformistes ", explique cet ouvrage qui, remontant à l...

De Ségolène Royal à Martine Aubry, en passant par François Hollande ou Emmanuel Valls, tous se voulaient " réformistes ", explique cet ouvrage qui, remontant à la Commune et décortiquant les gènes du socialisme français, fournit au lecteur les clés pour comprendre les questionnements et dissensions qui, aujourd'hui encore, traversent la gauche française. Le réformisme estime en effet que la Révolution ne se gagne pas sur les barricades mais en semant des graines qui feront imploser le socialisme. Un siècle et demi plus tard, commente l'auteur, " l'impossible équation " qui en découle n'est toujours pas résolue : captif de son radicalisme, le socialisme s'isole ; ouvert sur le réformisme, il se trahit. Emmanuel Jousse, Les hommes révoltés, éditions Fayard, 468 pages, 23 euros.Par Guillaume Capron